Vue alternative d’un mycélium sous terre.

Ils pourraient être utilisés pour fabriquer du carburant

C’est peut-être la découverte de Stamets la plus intéressante au regard du réchauffement climatique. Là encore, c’est le mycélium qui joue un rôle prépondérant : en inoculant du maïs avec un mycélium, ce dernier parvient à convertir la cellulose contenue par la céréale en glucides fongiques. Le mycélium joue ici le rôle d’intermédiaire dans la conversion de la cellulose en éthanol, qui peut alors servir de carburant.

 

C’est très surprenant d’apprendre que les champignons ou certaines parties des champignons, peuvent être utilisés de tant de façons différentes. On imagine que Paul Stamets n’en restera pas là et continuera à tenter de percer les secrets des fungus.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de