12 520 personnes connectées

17 chiffres révoltants sur la pauvreté en France

Notre société est loin d’être idyllique. Les inégalités se creusent, le chômage progresse, le nombre de personnes démunies augmente, et leurs conditions de vie s’aggravent. Si ces réalités sont dures à entendre pour certains, elles sont très concrètes pour des millions de Français. Voici 17 chiffres effarants sur la pauvreté en France.

Ces chiffres ont été extraits de différentes études menées par l’Insee, la Fondation Abbé Pierre, le collectif Les Morts de la Rue et le média Le Dauphiné.

 

Entre 4,9 et 8,5 millions de personnes sont considérées comme pauvres 

Un homme mendiant via Shutterstock
Un homme mendiant via Shutterstock

Pour l’Insee, une personne est pauvre si son niveau de vie est inférieur à 60 % du niveau de vie médian de la population française, soit 1 000 euros mensuels par personne. Le chiffre 4,9 millions correspond au seuil de pauvreté à 50 % du revenu médian et 8,5 millions à celui de 60 %, selon les données 2013 de l’Insee. 8,5 millions revient à environ 14 % de la population française. Quoi qu’il en soit, ces chiffres sont accablants…

 

Plus de 800 000 personnes en plus sous le seuil de pauvreté en 4 ans

Une famille en désespoir via Shutterstock
Une famille en désespoir via Shutterstock

Entre 2008 et 2012, le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté (à 60 % du revenu médian) a augmenté de 800 000 personnes. Entre 2004 et 2013, le nombre de pauvres s’est accru d’1 million de personnes (à 50 % du revenu médian). Cette forte augmentation est largement due à la progression du chômage.

 

3 Français sur 4 jugent leur pays inégalitaire

Un mendiant à côté d'une femme portant plusieurs sacs de shopping via Shutterstock
Un mendiant à côté d’une femme portant plusieurs sacs de shopping via Shutterstock

Et il est même très inégalitaire pour 28 % d’entre eux. 76 % des personnes interrogées par la Fondation Abbé Pierre « estiment qu’il est difficile de trouver la place souhaitée ou méritée au sein de la société française ». Dans l’ordre de gravité, l’inégalité face à l’emploi arrive première pour les personnes interrogées (61 %), avant l’accès aux soins (58 %) et le logement (51 %).

 

En 4 ans, les plus pauvres ont perdu 5 milliards d’euros, tandis que les plus riches ont accumulé 18 milliards d’euros 

Un patron fumant un cigare devant un ouvrier via Shutterstock
Un patron fumant un cigare devant un ouvrier via Shutterstock

Nous assistons à une hausse des inégalités sans précédent. Si le niveau a stagné entre 2008 et 2012, c’est parce que les riches ont continué à s’enrichir et les pauvres à s’appauvrir. Plus de 50 % des Français ont connu une nette diminution de leur niveau de vie, quand celui des plus aisés augmentait. Entre 2008 et 2012, la diminution des moyens a été estimée à 5 milliards d’euros pour les 30 % les plus pauvres, tandis que les 30 % les plus riches ont accumulé plus de 18 milliards d’euros supplémentaires, dont la moitié revenait aux 10 % les plus riches. Les revenus sont de plus en plus inégalement répartis, au profit des plus aisés. En 2012, quand les 10 % les plus pauvres recevaient 3,5 % du revenu global, les 10 % les plus riches en absorbaient le quart (environ 25 %).

 

3,8 millions de personnes sont mal logées

Un bâtiment insalubre via Shutterstock
Un bâtiment insalubre via Shutterstock

Ces 3,8 millions de personnes n’ont pas leur propre logement ou vivent dans des conditions insalubres. Près de 2,9 millions de personnes vivent dans des conditions de logement « très difficiles » : logements inconfortables, de petite surface et/ou surpeuplés. Près de 900 000 personnes sont privées de logement personnel. Parmi elles, 141 500 vivent sans domicile et 85 000 vivent dans des habitations de fortune (caravane, mobile home…). Plus largement, 12 millions de personnes sont victimes de la crise du logement.

 

7 % des ménages ne peuvent pas maintenir leur logement à bonne température

chauffage

Avoir un logement ne signifie pas toujours vivre dans le confort. 7 % des foyers pauvres déclarent ne pas avoir les moyens de maintenir leur logement à bonne température, 10 % expliquent ne pas pouvoir recevoir des amis, et 11 % ont un logement bruyant.

 

1 % des logements sont sans eau courante, douche et/ou WC

evier-sale

En 2013, 204 000 habitations n’étaient pas équipées d’eau courante, d’installation sanitaire (baignoire ou douche) ou de WC intérieurs. Ce qui représente 1 % des logements. Les personnes habitants dans ces logements vivent dans un réel inconfort et sont plus exposées aux problèmes d’hygiène.

 

55 % des revenus des ménages les plus pauvres sont dépensés dans le logement

Des parents lisant leurs factures avec leur enfant via Shutterstock
Des parents lisant leurs factures avec leur enfant via Shutterstock

Le logement constitue 55 % des dépenses mensuelles des ménages les plus pauvres, contre 17,4 % en moyenne chez le reste de la population, et 12,5 % pour les plus aisés. Les 10 % des plus pauvres ayant un revenu mensuel moyen de 678 euros, le logement leur coûte ainsi 379 euros en moyenne par mois, ne laissant que 299 euros pour tout le reste. 7 % des ménages les plus pauvres ne parviennent tout simplement plus à payer leur loyer.

 

582 bidonvilles 

bidonville-france

En 2015, 17 929 personnes ont été répertoriées comme vivant dans l’un des 582 bidonvilles de France. 37 % de ces personnes habitent dans un campement illégal situé en Île-de-France, tandis que 21 % sont regroupées en Nord-Pas-de-Calais. 12 % des personnes recensées sont situées en Seine-Saint-Denis.

 

1 enfant sur 3 vivant dans un logement précaire souffre de problèmes respiratoires

Un enfant ayant des problèmes respiratoires via Shutterstock
Un enfant ayant des problèmes respiratoires via Shutterstock

Environ 33 % des enfants logés dans des logements insalubres souffrent de sifflements respiratoires, contre environ 7,1 % dans les autres ménages.

 

Presque la moitié des adultes logés dans un logement précaire subissent des migraines

migraine

47,7 % des adultes pour être précis, contre 31,6 % des adultes dans les autres foyers. 40,8 % des adultes dans ces situations souffrent de dépression et d’anxiété, contre 28,7 dans les autres foyers.

 

450 000 personnes contraintes de retourner vivre chez leurs parents

tanguy

 

En 2013, près de 450 000 personnes ont été forcées de retrouver le foyer parental à cause d’une situation précaire (perte de travail, dettes, problèmes de santé ou de logement). Entre 2002 et 2013, le nombre des plus de 25 ans dans cette situation (étudiants non compris) a augmenté de 20 % : il est passé de 282 000 à 338 000 en 11 ans. Plus impressionnant encore : 66 % de personnes âgées de plus 60 ans, faute de moyens, se sont mises en colocation (elles sont passées de 50 000 à 83 000).

 

14 600 personnes sans domicile fixe

Un sans-abri dormant sur le banc d'un parc via Shutterstock
Un sans-abri dormant sur le banc d’un parc via Shutterstock

C’est le chiffre recensé en 2006 par l’Insee, quand on en recensait 9 000 en 1999. L’Insee n’a pas encore réactualisé cette donnée, mais elle est déjà très éloquente. Les sans-abris n’ont aucun toit pour se protéger du froid, et se voient contraints de dormir à l’extérieur, ou dans un lieu non prévu pour l’habitation (métro, gare, cave, cage d’escalier, chantier, parking, centre commercial…).

 

La durée de vie des SDF est de 49 ans

Un sans-abri via Shutterstock
Un sans-abri via Shutterstock

Manque d’hygiène et de sommeil, errance prolongée, violence… La moyenne d’âge au décès des personnes sans domicile est d’environ 49 ans, quand celle de la population française est de 77 ans. Les principales causes du décès identifiées : les morts violentes (20 %), notamment par intoxication accidentelle (2,9 fois plus de décès que chez le reste de la population), les noyades accidentelles et les homicides (2,9 fois plus fréquentes que chez le reste de la population), et surtout, l’exposition à un froid naturel excessif (35 fois plus de morts que chez l’ensemble des Français). 18 % des décès sont dus à des tumeurs, 11 % à des maladies cardiovasculaires, et 7 % à des maladies liées à l’appareil digestif. Le collectif Les Morts de la Rue a recensé 498 décès de sans-abris en 2014, chiffre certainement inférieur à la réalité.

 

1/3 des personnes sans logement en Île-de-France présente un trouble psychiatrique sévère

Une femme faisant la manche via Shutterstock
Une femme faisant la manche via Shutterstock

En plus des difficultés physiques, les troubles de santé mentale touchent très fréquemment les sans-abris. Le Samu social a mené une enquête en 2009 qui a révélé que près d’un tiers des personnes sans abri souffre de problèmes psychiatriques. 13 % sont atteintes de troubles psychotiques, 12 % de troubles anxieux, 7 % de troubles sévères de l’humeur (dépression grave), et 15,5 % de troubles non sévères de l’humeur (dépression légère ou modérée). Ces symptômes touchent des personnes isolées, mais aussi des adultes en famille (29 % sont atteints au moins d’un trouble sévère), particulièrement des jeunes mamans.

 

6 enfants sur 10 ont peur de devenir pauvres un jour

enfant

Il faut dire que la situation actuelle de notre pays a de quoi alarmer. La génération qui nous précède n’était pas confrontée aux mêmes problèmes. Des années 1970 aux années 1990, la pauvreté reculait. La tendance s’est inversée au milieu des années 1990, et la pauvreté a considérablement augmenté à partir de la fin des années 2000.

 

66 % des Français disent avoir un proche dans la pauvreté

Un sans-abri avec des pièces dans ses mains gantées via Shutterstock
Un sans-abri avec des pièces dans ses mains gantées via Shutterstock

Plus loin encore, 9 Français sur 10 estiment que les risques que leurs enfants connaissent un jour la pauvreté sont plus importants qu’ils ne l’étaient pour leur génération.

Ces chiffres en disent beaucoup sur la situation économique et sociale de notre pays. Malgré tout, de nombreux organismes bénévoles admirables donnent de leur temps et de leur énergie pour lutter contre la pauvreté et dénoncer les inégalités, qui ne cessent d’augmenter… La preuve en est : voici 18 chiffres frappants qui prouvent que les habitants du monde sont loin d’être égaux.

Ces articles vont vous plaire

Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre

— Marie Curie