Les peaux d’animaux

Les peaux d’animaux aussi étaient une monnaie viable durant de longues années. Au Moyen-Âge tout d’abord, la fourrure d’écureuil était particulièrement précieuse dans les sociétés russe et finlandaise. Elle est en effet devenue une monnaie à part entière en Russie.

En Europe de l’Ouest, l’on croyait également à l’époque que les écureuils étaient vecteurs de la Peste Noire qui sévissait en Europe. En les tuant, on pouvait les revendre tout en sauvant la population.

Plus tard, les peaux servaient de véritable monnaie d’échange puisque les Européens et les Amérindiens se payaient avec des peaux de castor ! Dans les années 1740, les peaux de daim étaient même prédominantes dans l’économie entre les deux peuples. En anglais, « peaux de daim » donnent « buckskins », et c’est pour cela qu’aux Etats-Unis, on peut traduire « billets de 1$ » par « bucks » ! Encore une fois, l’étymologie des mots prouve bien des choses.

Les peaux d’animaux servaient de monnaie pour les Amérindiens

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de