― KRIACHKO OLEKSII / Shutterstock.com

Ils sont souvent considérés comme nuisibles. Les insectes jouent pourtant un rôle essentiel dans notre écosystème. Malheureusement, ces derniers seraient en train de disparaître progressivement de la planète. Selon une nouvelle méta-étude, entre 1 % et 2 % des insectes disparaîtraient chaque année. Une situation inquiétante.

La situation est critique

Avec plus d’un milliard de milliards de spécimens vivant sur la planète, les insectes sont beaucoup plus nombreux que tous les animaux et humains sur Terre. Cependant, tout comme les autres animaux, leur survie est également menacée. En 2017, des recherches ont révélé que la biomasse des insectes volants avait chuté de 75 % en seulement trente ans dans une soixantaine de zones protégées d’Allemagne. Et en 2019, d’autres études ont révélé que plus de 40 % des espèces pourraient disparaître au cours des prochaines décennies.

D’après le professeur David Wagner, chercheur à l’université du Connecticut et principal auteur de l’étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), nous perdrions entre 10 et 20 % des animaux en une seule décennie. Ces petites bêtes jouent pourtant un rôle important dans la « tapisserie de la vie ». Ils participent notamment à la pollinisation des plantes. « Les insectes fournissent tant à l’humanité. Rien qu’aux États-Unis, les insectes sauvages contribuent à hauteur de 70 milliards de dollars par an à l’économie à travers des services gratuits comme la pollinisation et l’élimination des déchets », a expliqué Akito Kawahara, entomologiste du Florida Museum of Natural History.

Heureusement, il y a encore de l’espoir. Certaines populations d’insectes ne sont pas encore en danger. De plus, les chercheurs indiquent que la situation n’est pas encore irréversible. « Le constat actuel n’est pas réjouissant, mais il doit nous inciter à agir. Car nous connaissons les actions qui favorisent les insectes. En diversifiant les structures dans les milieux agricoles, par exemple, on peut être sûr que leur nombre va augmenter », a indiqué Yves Gonseth, directeur du Centre suisse de cartographie de la faune à Neuchâtel.

— annop youngrot / Shutterstock.com

Les causes de ce déclin

Nous ne sommes pas sans savoir que ce déclin est dû à de nombreux facteurs comme la déforestation, l’agriculture intensive, l’urbanisation, les herbicides ou encore la pollution lumineuse. David Wagner indique que les insectes sont très vulnérables à la sécheresse. Pour certaines espèces, le changement climatique ferait partie de leurs facteurs de déclin.

Si les problèmes comme le changement climatique nécessitent des solutions comme l’adoption de lois et la mise en œuvre de nouvelles politiques, les auteurs de l’étude indiquent que nous pouvons tous contribuer au sauvetage des insectes depuis notre jardin. L’on peut notamment commencer par la réduction de l’utilisation des pesticides, herbicides et insecticides. En outre, si chaque foyer, école et parc transformait 10 % de sa pelouse en espace naturel, les insectes obtiendraient 16 000 kilomètres carrés d’habitat de plus. En outre, les chercheurs recommandent également de planter des plantes indigènes et de limiter l’éclairage extérieur, qui est à l’origine de la mort de nombreux insectes nocturnes.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de