Les insectes jouent un rôle majeur dans le fonctionnement de notre monde, mais une nouvelle étude a cependant démontré qu’ils sont en train de disparaître, menaçant ainsi l’équilibre naturel terrestre.

Un déclin alarmant en seulement dix ans

Selon des chercheurs de la Technical University of Munich (TUM), le nombre d’espèces d’insectes dans de nombreuses régions d’Allemagne aurait diminué d’environ un tiers au cours des dix dernières années. Les prairies situées à proximité de terres cultivées sont notamment les zones les plus touchées, mais les forêts et même les zones protégées ont également connu un déclin important de la population d’insectes.

Il faut noter que ce n’est pas la première fois que les scientifiques tirent la sonnette d’alarme sur le déclin des insectes. En 2017, une équipe internationale de chercheurs sous le parrainage de la Société d’entomologie de Krefeld a annoncé qu’au cours des 27 dernières années, la biomasse d’insectes volants avait chuté de 75 % en Allemagne. Par ailleurs, cette étude ne prenait en compte que la baisse de la biomasse d’insectes en Allemagne. Cette nouvelle étude qui entre plus en détail dans la disparition des espèces d’insectes montre que la situation est encore pire.

« Le déclin a affecté les espèces rares et abondantes, et les tendances ont varié selon les niveaux trophiques. Nos résultats montrent qu’il existe une baisse généralisée de la biomasse, de l’abondance et du nombre d’espèces d’arthropodes à travers les niveaux trophiques. Le déclin des arthropodes dans les forêts montre que la perte ne se limite pas aux habitats ouverts », ont écrit les auteurs dans le compte rendu de leurs recherches dans la revue Nature.

— RHJPhtotoandilustration / Shutterstock.com

L’agriculture intensive, encore une fois mise en cause

Dans cette nouvelle étude dirigée par Sebastian Seibold et Wolfgang Weisse, tous deux professeurs d’écologie terrestre à la TUM, des données sur les insectes volants de 290 sites en Allemagne ont été analysées. La récolte de données a été réalisée entre 2008 et 2017. Les chercheurs ont notamment compté les insectes volants, ainsi que les arthropodes comme les araignées et les mille-pattes, à l’aide de filets et de pièges.

De leurs recherches, il en est sorti que la biomasse – c’est-à-dire le poids total de tous les insectes – a diminué de 67 % dans les prairies allemandes. Dans les forêts, elle a diminué d’environ 40 %. Selon les chercheurs, le déclin est probablement lié à l’agriculture intensive. Cette théorie corrobore d’autres recherches en la matière qui ont déjà trouvé des liens entre la disparition des insectes, l’agriculture, les pesticides et le changement climatique.

Dans un communiqué de presse publié sur le site de la TUM, Sebastian Seibold a déclaré que « les initiatives actuelles pour lutter contre les pertes d’insectes sont trop préoccupées par la mise en culture de parcelles individuelles et fonctionnent en grande partie indépendamment les unes des autres. Pour arrêter le déclin, cependant, nos résultats indiquent qu’une plus grande coordination est nécessaire au niveau régional et national. »

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de