ー Benjamint/ Shutterstock.com

Si l’Homme est le plus grand – mais aussi le plus dangereux – des prédateurs sur Terre, il n’est pas l’espèce qui vit le plus longtemps. Son espérance de vie est malgré tout respectable, puisque l’Homme vit entre 70 et 80 ans de nos jours. Un chiffre qui s’est nettement amélioré avec les années. En revanche, ce n’est rien comparé à certaines espèces marines qui peuvent vivre jusqu’à 10 000 ans !

Des espérances de vie variées

À côté de certaines espèces du monde animal, l’être humain fait figure de petit joueur quand il en vient à mesurer l’espérance de vie. Bien que cette dernière soit respectable pour nous autres humains, celle des animaux est encore plus impressionnante. 

Alors forcément, on peut penser à nos amis les chiens et les chats (13 à 16 ans), les ours (30 ans), les hippopotames (40 ans), les rhinocéros (50 ans) ou encore les éléphants et les baleines (60 et 70 ans). Mais saviez-vous que d’autres animaux insoupçonnés, notamment marins, ont des espérances de vie qui vont bien au-delà de la réalité ? 

Poisson, tortue et homard atteignent les 200 ans

Le Tuatara, le poisson empereur, la carpe Koï, la tortue des Galapagos ou la tortue géante des Seychelles ne se débrouillent pas trop mal puisqu’ils sont tous au moins centenaires. Le plus vieux Tuatara (Sphenodon) a vécu 111 ans et le poisson empereur 150 ans. Les carpes Koï et les tortues atteignent les 200 ans avec respectivement 226 ans et 200 ans pour la tortue géante des Galapagos et 250 ans pour la tortue géante des Seychelles. 

La prochaine fois que vous aurez un homard dans votre assiette, dites-vous que vous lui avez ôté la vie bien trop tôt. Ces crustacés peuvent vivre jusqu’à 140 ans, de quoi reconsidérer votre envie pour le déjeuner. 

D’ailleurs, les animaux marins sont champions de l’espérance de vie. 

Une méduse immortelle

© National Oceanic and Atmospheric Administration/Wikimedia commons

Il est à noter que la baleine et le requin du Groenland peuvent vivre plus de 211 ans pour la première et près de 400 ans pour le second ! Enfin, tenez-vous bien, puisque la plus vieille palourde Ming jamais découverte a vécu 507 ans, tandis que les éponges des mers – bien logées à 5 000 mètres de profondeur dans les océans – peuvent dépasser les 10 000 ans d’existence et atteindre les 13 000 ans. 

Si vous pensez que tout cela est épatant, ce qui va suivre surpassera votre attente. La méduse Turritopsis nutricula vous dit-elle quelque chose ? Si ce n’est pas le cas, ce petit animal aquatique retiendra bientôt toute votre curiosité. En effet, du haut de ses 5 mm de longueur, cette méduse serait immortelle. 

Lorsque les conditions et le milieu de vie de la méduse sont défavorables à sa survie, la Turritopsis nutricula a la possibilité d’activer un « processus de transdifférenciation », c’est-à-dire que ses cellules se régénèrent afin de revenir à l’état de polype, celui auquel elle débute sa vie. Ce processus formidable lui permet ainsi de déjouer le vieillissement en se régénérant indéfiniment et ainsi d’éviter la mort. 

Néanmoins, elle n’en est pas pour autant immortelle car si elle se retrouve face à un prédateur, il n’y a aucun processus étonnant dont elle pourra se servir. 

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de