© Pascal Radigue / CC BY 4.0

Les archéologues ont récemment découvert des restes d’un squelette humain vieux de 6 500 ans. Après une étude approfondie, les scientifiques ont découvert que les ossements appartenaient à une femme. Plus intrigant encore, les archéologues ont trouvé sa dépouille dans un cimetière de Normandie dédié uniquement aux hommes. Au total, l’équipe a déterré 19 individus et a analysé l’ADN de 14 d’entre eux, dont l’un appartenait à une femme. En effet, il semblerait que cette dernière ait été enterrée avec des flèches qui, pourtant, à cette époque, étaient symboliquement masculines.

Des ossements datant de la période néolithique retrouvés dans le cimetière de Fleury-sur-Orne

C’est durant une enquête sur les tombes géantes que les chercheurs ont découvert ces divers ossements. Il s’agit des tombes géantes dans le nord de la France, connues sous le nom de « longs tumulus ». La découverte de cette femme dans un cimetière d’hommes a suscité la curiosité des archéologues et chercheurs. Maïté Rivollat, l’auteure principale de l’étude et archéologue et généticienne à l’université de Bordeaux, avait affirmé que selon la culture de Cerny, les hommes et femmes devaient être enterrés dans des endroits différents.

Les archéologues n’ont donc pas pu découvrir quel genre de vie la femme avait mené. Mais des études sont encore en cours pour déterminer quel rang ou quel statut elle avait pu avoir pour être enterrée parmi les hommes. Les scientifiques prévoient donc de réaliser une analyse isotopique ainsi que divers examens sur ses restes. Mais ils ont déjà découvert que tous les occupants de la tombe n’avaient aucun lien de parenté, à l’exception d’un père et d’un fils. Les chercheurs tentent aussi de découvrir si les pointes de flèches retrouvées dans sa tombe ont été placées volontairement ou non.

© Pascal Radigue / CC BY 4.0

Durant la période néolithique, la femme et l’homme avaient un statut différent

Le cimetière de Fleury-sur-Orne s’étend sur environ 372 mètres de long, rapporte Livescience. Les personnes qui y sont enterrées provenaient d’une communauté patrilinéaire. Ce qui implique que les hommes pouvaient hériter de l’autorité sociale, et que les femmes devaient suivre et vivre avec la famille de leur compagnon.

Des archéologues ont déjà effectué une étude sur ce cimetière, et ils ont découvert que les individus enterrés devaient être des personnes importantes dans la société, rapportent-ils dans cette étude parue dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Plus précisément, ceux qui sont enterrés avec des flèches sont considérés comme des chasseurs. La femme aurait ainsi pu être une chasseuse. Mais cela reste à confirmer.

Une découverte incroyable, n’est-ce pas ?

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments