En 1986, un des réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, a explosé. Les habitants de la ville et des villes voisines se voient alors contraints de fuir leur foyer, laissant derrière eux leurs maisons, leurs biens, leurs souvenirs. Aujourd’hui, de nombreuses zones restent infranchissables et donc abandonnées de toute vie depuis la catastrophe. Le photographe Roland Verant a pourtant osé franchir ces limites pour dévoiler le visage triste de la ville oubliée de Pripiat, à 3 km de la centrale. Suivez-le pour une exploration inédite !

Pripiat est une des villes abandonnées après la catastrophe nucléaire, se situant à seulement 3 kilomètres de Tchernobyl, elle est l’une des villes les plus exposées aux radiations.

 

Le photographe Roland Verant âgé de 35 ans, et arrivé de Vienne pour réaliser cette série de clichés aussi angoissants que passionnants de Pripiat, près de 30 ans après la catastrophe.

 

Lors de l’explosion du réacteur de la centrale nucléaire ukrainienne, le 26 avril 1986, la ville a été gravement touchée par les radiations.

 

Pripiat est toujours une zone interdite en raison des niveaux élevés de radiations, mais des artistes de street-art brisent les règles et utilisent la ville comme une toile vierge.

 

Les autorités ont réagi très tardivement pour annoncer la catastrophe et faire évacuer les villes. Ainsi, le gouvernement n’a réalisé que le lendemain l’ampleur de la catastrophe et ordonné l’évacuation de 50 000 habitants de la ville.

 

Les scientifiques, travailleurs, employés de la centrale et personnel militaire ont été évacués dans la précipitation avec leur famille, laissant derrière eux presque tous leurs biens.

 

La plupart ne savaient alors pas qu’ils ne reviendraient jamais dans ces endroits qu’ils avaient un jour appelés maison.

 

Tchernobyl a été la première centrale nucléaire d’Ukraine, mal entretenue pendant des années, le 26 avril 1986, l’un des réacteurs explose, faisant d’un jour ordinaire la pire catastrophe nucléaire que le monde ait connue.

 

Aujourd’hui la nature a repris ses droits, et l’urbanisme et l’architecture moderne sont progressivement effacés au profit des plantes sauvages.

 

La ville accueillait à l’époque une foire, avec des autos-tamponneuses et une grande roue, elles aussi laissées à l’abandon.

 

Les bâtiments aujourd’hui à l’abandon sont abîmés par le temps, les peintres des murs s’écaillent, et les fenêtres ont perdu depuis bien longtemps leurs vitres.

 

L’évacuation des familles vivant dans cette ville a duré 3 heures le lendemain de l’explosion.

 

Le photographe Roland Verant a bien sûr été accompagné par un guide spécialisé lors de son expédition.

 

Les familles ont tout laissé, comme si les habitants reviendraient le lendemain. On peut voir les lits défaits, la nourriture laissée sur la table ou dans les réfrigérateurs.

 

Des masques se trouvent un peu partout dans Pripiat.

 

Une piscine abandonnée, avec des couches de neige sur le plongeoir et au sol.

 

Des empreintes de pas sont visibles sur ces couches.

 

Une vue sur la ville abandonnée de Pripiat, morte depuis 30 ans.

 

Un bateau abandonné se trouve sur un lac.

 

La Russie, l’Ukraine, et le Bélarus ont subi la pire contamination provenant de l’explosion. Le nuage radioactif a été détecté à travers toute l’Europe.

 

En mai, la foire devait accueillir les habitants mais l’explosion les a alors pris de court.

 

Le coucher de Soleil sur Pripiat en Ukraine.

 

Fragments de meubles, de verre, jonchent encore le sol un peu partout dans la ville, même si les bâtiments tiennent encore debout.

 

La nature s’est approprié la ville de Pripiat abandonnée de toute vie.

 

Roland a pris tous les risques pour obtenir ces clichés remplis de nostalgie et de tristesse. A la rédaction, nous avons été bouleversés de voir ces lieux abandonnés depuis 30 ans qui semblent pourtant toujours être imprégnés de vie : les lits toujours faits, les repas à moitié terminés… Ces photographies nous rappellent d’ailleurs les images angoissantes que Danny avait capturées grâce à son drone, nous montrant la ville de Tchernobyl et ses alentours près de 30 ans après la catastrophe. Et vous, oseriez-vous pénétrer dans ces villes où les taux de radiations explosent ou préférez-vous rester à l’abri et découvrir d’autres lieux fascinants ?

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de