sarcophage
Image d’illustration — Andrea Izzotti / Shutterstock.com

Des archéologues égyptiens ont mis au jour le sarcophage d’un important fonctionnaire égyptien, chargé de la gestion d’un temple construit à Thèbes (aujourd’hui Louxor) il y a plus de trois millénaires.

La sépulture de Ptah-im-wea

Découvert par une mission archéologique dirigée par l’université du Caire, le sarcophage taillé dans du granit rose a accueilli la dépouille de Ptah-im-wea, ayant exercé sous Ramsès II (1279 av. J.-C. à 1213 av. J.-C.), ayant régné sur l’Égypte à une époque où son empire s’étendait de la Syrie actuelle au Soudan actuel.

L’analyse des inscriptions hiéroglyphiques trouvées sur la sépulture indique que l’homme supervisait non seulement le bétail et la trésorerie du temple, mais était également responsable « des offrandes divines à tous les dieux », selon le communiqué du ministère égyptien du Tourisme et des Antiquités.

En plus des hiéroglyphes appelant à la protection du défunt lors de son voyage vers l’au-delà, les archéologues ont également découvert des représentations d’Horus, dieu du ciel à tête de faucon et fils des divinités Osiris et Isis. Bien que la dépouille et les artefacts que le sarcophage contenait aient été pillés durant l’Antiquité, les archéologues ont trouvé des traces de résine indiquant qu’une momie y a reposé.

Il s’avère cependant que Ptah-im-wea n’a pas été inhumé près du temple dont il était en charge. Découvert dans la vaste nécropole de Saqqarah, son sarcophage se trouvait au sud d’un couloir via lequel les anciens Égyptiens accédaient à la pyramide du roi Ounas, ayant régné plus d’un millénaire avant Ramsès II (2353 avant J.-C. à 2323 avant J.-C.).

Un type d’inhumation assez courant

Selon les archéologues, il n’était pas inhabituel que les membres importants de la société égyptienne de l’époque soient enterrés près des pyramides construites par des pharaons ayant vécu à des époques bien antérieures.

Ceux-ci évoquant les précédentes découvertes de sépultures datant d’environ 2 500 ans près des pyramides de Gizeh (dont la construction il y a 4 500 ans aurait été permise par un ancien bras du Nil), soulignant l’importance historique et spirituelle de ces lieux.

À noter que des archéologues israéliens ont récemment mis au jour un caveau funéraire parfaitement préservé, remontant également au règne du pharaon Ramsès II.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments