― ArtWell / Shutterstock.com

Une quantité importante de poulpes envahit le littoral atlantique depuis cet été. Ce phénomène n’est pas arrivé depuis plusieurs décennies. Malheureusement, la prolifération du céphalopode pose problème, car il s’attaque aux homards, coquilles Saint-Jacques et autres. Le prix de certains produits risque ainsi de grimper dans les mois à venir.

Une mauvaise nouvelle pour les pêcheurs

Les poulpes prolifèrent mystérieusement dans l’océan Atlantique. D’après l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, le poulpe aurait disparu de l’Atlantique après un hiver très froid dans les années 1960. Depuis, les pêcheurs ne rapportent plus que près d’une centaine de tonnes de poulpes par année. Mais cette année, ils ont rapporté dix à cinquante fois plus de poulpes que d’habitude, selon l’endroit.

Dans le Finistère, les pêcheurs ont pêché 1 300 tonnes de poulpes depuis le début de l’été, contre 55 tonnes l’année dernière. « On pourrait atteindre 1 500 tonnes fin décembre », indique Martial Laurans, chercheur en halieutique à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer. Sur l’île de Noirmoutier, les chiffres sont également impressionnants. On en est actuellement à 14 tonnes de poulpes, contre une tonne et demie par an auparavant.

Le retour de l’animal dans l’Atlantique est une très bonne nouvelle pour les experts. Cependant, les pêcheurs ne prennent pas la nouvelle du même œil, étant donné que le poulpe est un prédateur de crabes, de homards, de mollusques et de coquillages. Il irait même jusqu’à se servir dans les casiers de pêche.

— Henner Damke / Shutterstock.com

Quelles sont les causes du retour des poulpes dans l’Atlantique ?

Pour l’instant, les scientifiques ne peuvent pas expliquer les réelles raisons du retour des poulpes dans l’Atlantique. Ils pensent que le changement climatique et le réchauffement des eaux pourraient favoriser ce phénomène. En l’espace de quarante ans, les eaux de l’Atlantique se sont notamment réchauffées de 0,8 degré Celsius. Cependant, l’animal était déjà abondamment présent dans les eaux froides de la Bretagne jusqu’au début des années 1960. Ainsi, le réchauffement de l’océan ne peut pas entièrement expliquer leur retour.

Comme le poulpe a une durée de vie assez courte, son retour en masse dans l’Atlantique pourrait rapidement connaître des rebondissements. Si ce milieu ne lui convient pas, il pourrait de nouveau disparaître du littoral atlantique à compter de l’année 2024.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de