Une nouvelle étude britannique suggère que la quantité de microplastiques dans l’océan Atlantique avait jusqu’à présent été largement sous-estimée. Selon les chercheurs, leurs niveaux seraient jusqu’à 10 fois plus élevés que prévu.

Un aperçu inédit de l’ampleur de la pollution plastique

Dans le cadre de ces travaux présentés dans la revue Nature Communications, une équipe de chercheurs du Centre national d’océanographie (NOC) a pu estimer pour la première fois de façon fiable les concentrations de microplastiques dans l’Atlantique, grâce à des prélèvements réalisés à travers tout l’océan.

« Jusqu’à présent, nous n’avions pas été en mesure de déterminer précisément la quantité totale de plastique se trouvant dans l’océan parce que les études se concentraient davantage sur les déchets flottant à la surface depuis les années 1950 plutôt que sur les microparticules ‘invisibles’ issues de sa dégradation », explique Katsiaryna Pabortsava, auteure principale de l’étude. « Notre recherche est la première à l’avoir fait à travers l’ensemble de l’Atlantique, du Royaume-Uni aux Malouines. »

Collectés au cours d’une vaste expédition réalisée en 2016, les échantillons d’eau de mer ont été analysés par l’équipe grâce à l’imagerie spectrale, qui leur a permis de déterminer les concentrations de polluants la composant. Pour cette étude, les chercheurs se sont penchés spécifiquement sur les microparticules de polyéthylène (sacs plastique), de polypropylène (emballages, masques chirurgicaux) et de polystyrène, représentant trois des types de plastiques les plus répandus.

― Tunatura / Shutterstock.com

10 fois plus de résidus plastiques que prévu dans l’Atlantique

Leurs analyses ont révélé que les 200 premiers mètres de profondeur de l’océan Atlantique renfermaient entre 12 et 21 millions de tonnes de microplastiques invisibles à l’œil nu, soit des chiffres comparables à ceux établis par les précédentes recherches pour l’ensemble des déchets plastiques s’étant retrouvés dans l’océan au cours des 65 dernières années (17 millions de tonnes). Ce qui démontre que la quantité de plastique dans l’Atlantique avait jusqu’à présent été très largement sous-évaluée.

« En supposant que cette densité de microplastiques soit représentative de celle contenue jusqu’au plancher océanique, l’océan Atlantique pourrait contenir environ 200 millions de tonnes de résidus plastiques dans ces catégories spécifiques de polymères et de taille », avance Richard Lampitt, co-auteur de l’étude.

Afin de déterminer les dangers de la contamination plastique pour l’environnement et pour l’Homme, il est, selon les chercheurs, indispensable de disposer d’informations fiables concernant la quantité et les caractéristiques de ce matériau, de la façon dont il pénètre dans l’océan à sa dégradation, en passant par sa toxicité à de telles concentrations.

« Ce document démontre que les scientifiques ont une compréhension totalement inadéquate de ces facteurs, y compris les plus simples, s’étant traduite par une sous-estimation massive des quantités de plastique se retrouvant dans les océans », concluent les auteurs de l’étude.

Au cours de leurs prochains travaux, les auteurs de l’étude prévoient notamment d’étudier l’impact des masques chirurgicaux jetables en plastique, qui constituent actuellement un véritable problème environnemental, sur la pollution des océans. — PK_plants / Shutterstock.com

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de