Ce jeu de société gravé dans la roche est la preuve que nos ancêtres s’éclataient il y a 4 000 ans

Si les jeux de société font aujourd’hui partie de la culture populaire contemporaine, qu’en était-il pour nos ancêtres  ? Nous n’avons actuellement que très peu d’informations sur ces derniers, vieux de plusieurs millénaires, qui pratiquaient notamment la chasse, tout en ayant un mode de vie nomade. De récentes découvertes mettent en lumière un jeu de société extraordinaire, estimé vieux de 4 000 ans. Nommé “jeu des 58 trous” par les chercheurs, un exemple nouveau a été repéré en Azerbaïdjan. Explications.

 

Une fantastique découverte

C’est l’associé de recherche du Musée américain d’histoire naturelle de New York, Walter Crist, qui est l’auteur de cette superbe découverte. Sur un site d’Azerbaïdjan, le jeu des « 58 trous » nous livre davantage d’informations. Il y a quelque temps déjà, un archéologue anglais, Howard Carter, avait découvert un jeu similaire, mais en Égypte, plus précisément dans le tombeau du pharaon Amenemhat IV. Il vivait alors au XVIIIe siècle av. J.-C…

Un jeu fondamentalement antique, au prélude de nos jeux de sociétés actuels. Des rapprochements ont été évidemment faits avec le site d’Azerbaïdjan qui coïncide sur de nombreux points, si bien que le jeu pourrait tout bonnement être le même ! C’est principalement les motifs distinctifs marqués dans la roche qui intriguent les chercheurs.. Toutefois, la version présente dans la tombe du pharaon pourrait être sensiblement moins vieille…

À l’origine de son exploration, Crist cherchait à mettre la main sur les restes d’un autre exemplaire du jeu de société, qu’il avait aperçu sur un magazine local. Mais après avoir pris l’avion, il a appris sur place que le site avait été détruit par la construction d’un bâtiment. Loin de s’apitoyer sur son sort, il a entrepris d’autres recherches archéologiques sur des sites à proximité, dont celui du Parc national de Gobustun, un site classé par l’UNESCO. En effet, des peintures rupestres antiques y sont déjà protégées.

Les dessins rupestres présents à proximité de cet abri suggèrent en effet une date remontant à 4 000 ans  ! À cette époque, cette partie de l’Azerbaïdjan était peuplée par des éleveurs nomades, adeptes de la chasse et de la cueillette.

 

Un jeu au fonctionnement encore flou

Bien évidemment, des archéologues avaient déjà repéré ces étranges trous dans le sol. Mais le lien n’avait jamais été fait avec le jeu de société. Ici, ces derniers sont taillés dans la roche de l’abri, dans un motif distinctif qui montre la manière dont ils ont été utilisés. Pour Crist, ce genre de jeu a été utilisé durant 1500 ans au minimum, et de manière très régulière.

Aujourd’hui, nous ne connaissons pas les règles du jeu des « 58 trous ».  Les hypothèses les plus en vogue estiment que son fonctionnement se fait par des déplacements de marqueurs (qui sont des graines ou des pierres) sur un tableau (ici le support, à savoir le sol) afin d’atteindre un but. Ce que nous connaissons, ce sont deux rangées au milieu, et des trous qui en composent leurs contours. De même, ce sont toujours les 5e, 10e, 15e et 20e rangées qui sont marquées d’une incision dans la roche. Au sommet du jeu, un trou est toujours présent, plus grand que les autres. C’est notamment pour cette raison que les archéologues estiment que c’est le but final du jeu de société.

Pour jouer, on estime que des bâtons servaient comme commandes pour déplacer ses pièces sur le plateau. Malheureusement, les scientifiques n’ont toujours pas découvert un objet pouvant s’apparenter à un dé, normalement nécessaire dans ce type de jeu d’après nos standards actuels. Peut-être que ce procédé était tout bonnement oral ?

Enfin, sachez que si ce jeu est effectivement très vieux, ce n’est pas le plus ancien découvert à ce jour. Le « Jeu Royal d’Ur », datant du troisième millénaire avant notre ère, découvert en Mésopotamie dans les années 1920 est plus âgé. De même, de nombreux jeux de société égyptiens, comme le Senet et le Mehen, sont apparus à partir de 3000 ans avant notre ère.

 

Wikimedia / Galuel

 

Un jeu qui concernait une vaste ère géographique

Le doute n’est désormais plus permis : ce jeu était répandu dans tout l’ancien Moyen-Orient. Que ce soit en Égypte, en Mésopotamie ou encore en Anatolie, tout le monde pratiquait ce jeu de société. Il apparait soudainement partout, avec une vitesse de propagation vraisemblablement importante. Le plus ancien exemplaire avéré, pour le moment, est en Égypte, mais comme nous vous l’avons dit plus haut, les scientifiques estiment celui d’Azerbaïdjan comme plus ancien.

Ce jeu de société antique s’inscrivait donc dans une énorme sphère de régions. Dépassant les frontières, naturelles, linguistiques ou humaines, les gens pouvaient utiliser les jeux pour être en relation les uns avec les autres. Ce fabuleux outil d’interactions faisait ainsi fi de bien des contraintes…

Remontant donc à l’âge du bronze et s’étendant à travers tout l’ancien Moyen-Orient comprenant Égypte, Mésopotamie et Anatolie, ce jeu de société demeure entouré de nombreux mystères quant à son fonctionnement. Malgré tout, de nombreuses études sont en cours afin d’en savoir plus !

Wikimedia / The Yorck Project

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux