De nombreux chercheurs sont intrigués par la manière dont vivaient les anciens peuples. Justement, une équipe de l’Académie tchèque des sciences a récréé le visage d’une femme de l’âge du bronze. Il s’agirait d’une femme qui appartenait à un rang social élevé.

Le visage d’une femme riche de l’âge du bronze reconstitué

Un musée en République tchèque a reconstitué le visage d’une femme de l’âge du bronze. Cette prouesse a pu être réalisée grâce à des ossements qui ont été retrouvés dans un cimetière situé au nord du pays. Le Moravské zemské muzeum a dévoilé son travail sur sa page Facebook.

Les chercheurs ont donc effectué la reconstruction faciale d’une femme qui fut déterrée d’une tombe en Bohême. Vu le nombre de biens qui ont été enterrés avec elle, les chercheurs ont supposé qu’elle était assez riche de son vivant. Les ossements de cette femme ont été découverts dans un site près du village de Mikulovice, situé dans le nord de la République tchèque.

Les chercheurs ont effectué une datation au carbone de ses restes et ils ont découvert qu’elle aurait vécu entre 1880 et 1750 avant J.-C. En effet, avant que la Première Guerre ne commence, cette région faisait partie du royaume de Bohême. D’ailleurs, son nom y est resté jusqu’à présent. Les restes de cette femme avaient été découverts auprès de 5 bracelets faits de bronze, 2 boucles d’oreilles en or, un collier avec trois brins d’ambre parsemés d’environ 400 perles et 3 aiguilles à coudre. Ces bijoux montrent à quel point cette femme était riche.

Les sépultures des femmes étaient à l’écart de celles des hommes

Malgré sa richesse et aussi la reconstruction de son visage, les archéologues n’ont pas pu découvrir son identité exacte. Elle pourrait appartenir à la culture d’Únětice, rapporte Geo. Il s’agit d’une culture de l’âge du bronze célèbre pour les objets en métal qu’elle fabriquait (hache, bijoux…).

Cette femme a été découverte dans l’une des 27 tombes qui ont été fouillées. Ce qui est encore plus impressionnant c’est que cette femme avait le crâne le mieux conservé de tous. Cela a donc facilité la reconstruction pour les chercheurs. Ils ont découvert qu’elle avait la peau claire et des yeux et cheveux marron. Cette découverte a aussi permis d’éclairer certains points. L’équipe en charge de la recherche a affirmé que sur les frontières de la Bohême, les tombes étaient uniquement constituées d’hommes. Ce qui implique que les femmes auraient donc un statut différent des hommes.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments