— rafapress / Shutterstock.com

Luttant actuellement contre la désinformation liée au Covid-19, la firme américaine a annoncé qu’elle élargissait son plan aux vaccins dans leur globalité, en supprimant les messages et groupes propageant des informations erronées ou infondées à leur sujet.

« Nous allons commencer à appliquer cette politique immédiatement »

Facebook a indiqué que ces nouvelles mesures s’appliquaient aux messages générés par l’ensemble de sa communauté, et plus uniquement aux publicités, et que les utilisateurs d’Instagram seraient soumis aux mêmes restrictions. « Nous allons commencer à appliquer cette politique immédiatement, en mettant l’accent sur les pages, les groupes et les comptes qui enfreignent ces règles », a déclaré Guy Rosen, qui supervise les décisions relatives au contenu. « Nous continuerons à étendre son application au cours des prochaines semaines. »

Connus pour favoriser le partage et la circulation de fake news, les groupes Facebook ont alimenté la montée des communautés et de la rhétorique anti-vaccins. Dans le cadre de la nouvelle politique de plateforme, les groupes ou les comptes utilisateurs partageant de manière répétée de tels contenus seront clôturés.

Facebook a mis à jour à plusieurs reprises ses politiques relatives aux contenus en lien avec le Covid-19 depuis le début de la pandémie. En avril 2020, l’entreprise a notamment ajouté un panel de faits des CDC (principale agence fédérale américaine en matière de santé publique) aux messages relatifs au coronavirus afin lutter contre la désinformation. Mais bien que ce type d’actions aient contribué à réduire la visibilité de contenus propageant de fausses informations au sujet des vaccins, ceux-ci n’ont pas pour autant disparu de la plateforme.

Les choses ont commencé à changer en décembre dernier, lorsque la société a renforcé ses politiques en matière de lutte contre la désinformation, en supprimant les messages et contenus relatifs au Covid-19 incluant des allégations démenties par les experts de la santé publique. Ceux-ci affirmaient notamment que les vaccins contenaient des micropuces, que le port d’un masque facial ne contribuait pas à limiter la propagation du virus, ou que la technologie 5G favorisait les infections.

Un combat difficile

Facebook va maintenant élargir cette interdiction, en s’attaquant aux fausses allégations selon lesquelles le Covid-19 aurait été créé en laboratoire, que les vaccins ne seraient pas efficaces pour prévenir la maladie ou qu’il serait plus sûr de contracter la maladie que de se faire vacciner. Seront également concernés les contenus concernant les vaccins dans leur ensemble, notamment le fait que ceux-ci puissent causer l’autisme, affirmation sans fondement largement relayée par les membres de la communauté anti-vaccins.

Si les intentions de la plateforme sont louables, la tâche s’annonce ardue. En début de semaine, la désinformation au sujet des vaccins restait largement présente sur Facebook et Instagram, avec des résultats pour les mots-clefs « vaccin Covid » incluant de nombreux comptes connus pour relayer des théories conspirationnistes.

Ces derniers mois, le réseau social a fait l’objet de nombreuses critiques pour sa gestion de la désinformation relative au Covid-19. En décembre, celui-ci n’a pas été en mesure d’empêcher une importante vidéo complotiste de devenir virale, et a par la suite échoué à bannir un éminent militant anti-vaccins américain, qui a continué à créer des comptes et des pages sur la plateforme.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de