La pandémie de coronavirus a eu des effets dévastateurs sur l’économie. Selon une enquête publiée par l’Insee mercredi dernier, un quart des ménages se seraient appauvris à cause du confinement mis en place entre le 17 mars et le 11 mai 2020. La chute de l’activité économique a notamment entraîné une baisse globale du revenu brut disponible de 2,6 % pendant le second trimestre de l’année.

Une forte disparité entre les ménages

Le Covid-19 continue d’agrandir les inégalités. Une enquête a été mise en place par la Drees, l’Inserm, Santé publique France et l’Insee. 2% ont déclaré une amélioration de leur situation financière tandis que les deux tiers ont déclaré une situation stable. En revanche, 23 % des ménages ont déclaré en mai dernier que leur situation financière s’était dégradée depuis le début du confinement, alors qu’ils avaient déjà des revenus faibles avant cela. Parmi les 10 % des foyers les plus pauvres, 35 % ont notamment vu leur situation financière se dégrader.

Globalement, 42 % des ménages ayant subi une dégradation financière (34 % de l’ensemble de la population) ont déclaré que leur situation financière était juste et qu’il fallait faire attention, 27 % (11 % de l’ensemble de la population) ont déclaré que leur situation financière était difficile et 7 % (2 % de l’ensemble de la population) ont affirmé qu’ils ne pouvaient pas subvenir à leurs besoins sans s’endetter.

Les jeunes, les artisans et les commerçants sont les plus touchés

Selon l’enquête, les foyers avec des enfants sont plus touchés par l’appauvrissement que les foyers sans enfants. Les jeunes seraient particulièrement exposés aux conséquences du confinement sur l’activité économique. Plus d’un tiers de ceux qui travaillaient avant le confinement se retrouvaient notamment sans emploi au mois de mai 2020.

En outre, si l’on se base sur les catégories socioprofessionnelles, les artisans et les commerçants sont les plus touchés par l’appauvrissement occasionné par le confinement. Plus de la moitié des travailleurs indépendants ont déclaré une dégradation de leur situation financière. Malgré le fait que le chômage technique ou partiel ait permis à de nombreux travailleurs de garder leur emploi, leurs revenus ont toutefois baissé.

― fizkes / Shutterstock.com

Un tiers des travailleurs sont passés par le chômage technique ou partiel en mai dernier. Non seulement à cause de cela, mais également en raison des cas de maladies et des congés, le nombre d’heures de travail par personne a reculé de 34 % par rapport à l’année dernière tout le long du confinement. La baisse du nombre d’heures de travail est plus marquée dans le domaine de l’hébergement, la restauration, les arts et spectacles et la construction. Par ailleurs, le Secours populaire avait déjà alerté que le confinement a plongé de nombreux Français dans la précarité.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de