― © J. Blokland, Flinders University

Selon une nouvelle étude, un grand aigle aux serres longues de 15 centimètres terrorisait les koalas en Australie il y a 25 millions d’années. Les os de l’animal baptisé « Archaehierax sylvestris » ont été trouvés autour du lac Pinpa, une étendue salée de l’Outback d’Australie-Méridionale. Les scientifiques notent qu’il s’agit du plus ancien fossile d’aigle jamais trouvé en Australie.

Un fossile unique

Selon une étude parue dans la revue Historical Biology, les chasseurs ont découvert le fossile d’un aigle chasseur de koalas qui terrorisait l’Australie il y a 25 millions d’années. Cependant, la découverte des 63 ossements de l’aigle remonte à 2016 : « Il est rare de trouver ne serait-ce qu’un seul os d’un aigle fossile. Disposer de la majeure partie du squelette est assez excitant, surtout si l’on considère son âge », a déclaré Ellen Mather, l’auteure principale de l’étude, dans un communiqué.

Lors de la découverte des ossements, les scientifiques se doutaient qu’il s’agissait d’un grand oiseau. Cependant, ils ne savaient pas à quelle espèce appartenait l’oiseau. Lorsque les os ont été reconstitués, les scientifiques les ont comparés à ceux de plusieurs aigles et faucons. Après quelques analyses, ils ont pu déterminer que le fossile appartenait à une famille de rapaces appelée Accipitridae.

L’Archaehierax sylvestris s’est toutefois révélé bien différent des autres membres de la famille des Accipitridae. Les chercheurs ont donc conclu que l’oiseau appartenait à une sous-famille et à une espèce d’aigle jusqu’alors inconnue.

Un prédateur pour les animaux vivant dans les arbres

De nos jours, le lac salé Pinpa contient rarement de l’eau et se retrouve entouré de dunes de sable ornées de peu de végétation. Mais à l’époque de l’Archaehierax sylvestris, les eaux du lac s’étendaient sur près de 100 kilomètres. On y trouvait des poissons, des crocodiles et même des dauphins d’eau douce. Ses rivages étaient fréquentés par des opossums, divers oiseaux et des koalas.

L’aigle avait des ailes assez courtes, ce qui suggère qu’il s’agissait d’un voltigeur agile, mais pas rapide. Cependant, ses serres étaient très pratiques pour attraper des proies perchées aux arbres. L’Archaehierax sylvestris était sans doute l’un des principaux prédateurs terrestres de la fin de l’Oligocène. Il se nourrissait probablement d’animaux comme les koalas et les opossums.

Que pensez-vous de cette découverte ?

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de