― Maxim Vasiliev / Shutterstock.com

Il y a plusieurs millions d’années, l’Australie abritait des animaux géants insoupçonnés, dont des crocodiles géants. Les scientifiques ont récemment découvert une nouvelle espèce préhistorique qu’ils ont baptisée « Gunggamarandu maunala ». Il s’agit sans doute de l’un des plus grands crocodiles à avoir vécu sur le continent.

Le patron de la rivière

Une espèce préhistorique de crocodile géant a été découverte par plusieurs chercheurs, dont Jorgo Ristevski, de l’université du Queensland en Australie. L’animal longeait les voies navigables du sud-est du Queensland. Gunggamarandu maunala signifie patron de la rivière à tête trouée, en raison des sortes de trous servant de lieu d’attache musculaire situés au sommet du crâne du crocodile.

« Le nom de la nouvelle espèce honore les peuples des Premières Nations de la région de Darling Downs, incorporant des mots des langues des nations Barunggam et Waka Waka », a souligné Steve Salisbury, co-auteur de l’étude publiée dans Scientific Reports.

Jorgo Ristevski indique qu’il est difficile d’estimer la taille de l’animal, car les scientifiques ne disposent que de l’arrière de son crâne. Ce dernier affirme toutefois que le crâne est énorme. Selon lui, il mesurerait au moins 80 centimètres de long. « Nous estimons que le crâne aurait eu au moins 80 cm de long et, sur la base de comparaisons avec des crocodiles vivants, cela indique une longueur totale du corps d’environ sept mètres », a-t-il indiqué.

© Jorgo Ristevski / Scientific Reports

Le crâne de l’animal a été découvert il y a plusieurs années

Le morceau de crâne du Gunggamarandu maunala a été recueilli en 1875. Cependant, les chercheurs n’arrivaient pas à identifier la nouvelle espèce. Ainsi, le crâne a été conservé dans la collection du Queensland Museum depuis sa découverte initiale. Plus tard, les chercheurs ont effectué une reconstruction numérique du crâne à l’aide de tomodensitogrammes pour en savoir plus sur l’anatomie du cerveau du crocodile.

À partir de cette reconstruction numérique, ils ont découvert que l’espèce appartenait à un groupe de crocodiliens appelés tomistomines. L’on ne connaît pas encore les causes de l’extinction de l’espèce. Les scientifiques pensent qu’il est possible qu’elle soit liée à l’assèchement progressif du continent australien au cours des derniers millions d’années, et en particulier au cours des cent mille dernières années.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de