Bouger

« Il nous faut lutter contre la sédentarité car la science nous dit que, en cas d’activité physique, les muscles produisent des substances chimiques (nommées facteurs trophiques) qui, par voie sanguine, viendront agir sur le cerveau et particulièrement sur la niche de cellules souches », indique le directeur à Sciences et Avenir. Bouger, c’est donc sauver son cerveau.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de