6 éminents scientifiques qui ont été contraints de fuir leur pays

En s’expatriant aux États-Unis pour éviter le régime nazi, Albert Einstein est devenu le plus célèbre réfugié du monde. Par la suite, de nombreux scientifiques s’exilèrent dans le but de survivre aux différentes répressions. Qui sont donc ces géants scientifiques sur lesquels nous nous appuyons aujourd’hui et dont la vie dépendait autrefois d’un pays plus accueillant que leur pays d’origine ? 

 

Johannes Kepler

4-KEPLER-SCIENTIFIQUE

L’Europe du XVIIe siècle n’était pas un endroit sûr pour tout le monde. Les guerres de religion ont balayé le continent et être un scientifique dont le travail conteste les interprétations dominantes de la Bible n’était pas la meilleure situation possible. Kepler étant un protestant et un copernicien convaincu qui conteste le fait que la Terre soit le centre du monde, celui-ci doit alors s’exiler à Prague pour éviter toute répression. Ses théories lui valent d’être excommunié en 1612. Kepler doit alors quitter la capitale de l’Empire et s’installe à Linz, en Autriche.

Sa théorie nous a permis de comprendre le mouvement des planètes et le comportement de la lumière et est aujourd’hui un des fondements de la science moderne.

 

Erwin Schrödinger

Domaine public, autorisé par Österreichische Nationalbank

Erwin Schrödinger, célèbre pour son expérience de chat mort vivant, a quitté l’Allemagne en 1934 en raison de son opposition au nazisme. En dépit d’avoir obtenu le prix Nobel de physique en 1933, il a été boudé par les universités d’Oxford et de Princeton à cause de ses relations sexuelles peu orthodoxes. Lorsque l’Allemagne a repris l’Autriche, son opposition publique à l’antisémitisme et son amitié avec Einstein ont fait de lui un scientifique très contesté.

Après avoir fui l’Autriche, Schrödinger s’installe finalement en Irlande, l’un des rares endroits à l’accepter. Il jouera un rôle majeur dans la création de l’école de physique théorique de Dublin tout en écrivant un livre qui a inspiré la découverte de la structure de l’ADN.

 

Salomé Gluecksohn-Waelsch

Salome-Gluecksohn-Waelsch

Les réfugiés scientifiques les plus éminents de l’Allemagne nazie étaient des physiciens mais Salomé Gluecksohn-Waelsch était une généticienne. Celle-ci a aidé à expliquer comment les cellules présentes dans un œuf fécondé se différencient en différents rôles requis pour un corps fonctionnel.

En tant que femme et juive, elle fait face à une double discrimination en Allemagne, qu’elle fuit en 1933. En dépit de ces obstacles, elle a remporté la Médaille nationale des sciences et la médaille Morgan Thomas pour ses travaux sur la génétique.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux