Pourquoi nos rêves sont-ils si difficiles à retenir ?

Si certaines personnes affirment ne jamais rêver, elles se trompent. Grâce à des expériences réalisées par des scientifiques sur des individus qu’ils réveillaient à différents stades du sommeil, nous avons désormais la certitude que chaque personne rêve, mais que nos songes sont difficilement saisissables. Une explication probable à ce phénomène est due à l’activité cérébrale, et au stade de sommeil duquel nous émergeons en nous réveillant. Les individus ayant en général un souvenir assez net de leurs rêves ont tendance à avoir une activité cérébrale intense durant la nuit, et se réveillent en général lorsque des zones du cerveau liées aux souvenirs et à la mémoire sont mobilisées.

Notre capacité à nous souvenir de nos rêves pourrait ainsi être compromise par la façon dont nous dormons : selon Robert Stickgold, de la Harvard Medical School, pendant le sommeil paradoxal, nous luttons pour créer de nouveaux souvenirs. Si nous nous réveillons pendant ou juste après un rêve, nous sommes ainsi à même de le saisir avant qu’il ne s’échappe, et donc de le graver sur du long terme dans notre mémoire. À l’inverse, se réveiller à l’aide d’une alarme de façon moins naturelle, en plein sommeil paradoxal, amoindrirait notre capacité à encoder ces rêves dans notre mémoire. Et pour cause : même si vous étiez au milieu d’un rêve, ce brusque changement d’environnement et d’état physique (endormi-réveillé) interfère avec notre processus de mémorisation du rêve que nous étions en train de vivre durant notre sommeil.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de