— Ryan Fletcher / Shutterstock.com

Il y a beaucoup de chances que des vaccins pour le Covid-19 soient bientôt disponibles. Nombreux sont ceux qui y voient une solution pour mettre fin – ou du moins mettre un frein – à la pandémie. Parmi eux, nous pouvons citer la compagnie aérienne australienne Qantas qui a déjà décidé que la vaccination sera obligatoire pour ses passagers pour les vols internationaux.

Une condition sine qua non pour les vols internationaux de Qantas

Durant une interview avec la chaîne de télévision australienne Channel Nine, le PDG de Qantas, Alan Joyce, a déclaré que la compagnie aérienne prévoyait d’exiger des passagers voyageant à l’étranger qu’ils prouvent qu’ils ont été vaccinés contre le Covid-19. « Nous envisageons de modifier nos conditions générales pour dire, pour les voyageurs internationaux, que nous demanderons aux gens de se faire vacciner avant de pouvoir monter dans l’avion », a-t-il déclaré. Bien évidemment, cette règle ne s’appliquera qu’à partir du moment où les vaccins seront largement disponibles.

En ce qui concerne les vols internes, le PDG s’est pour l’instant abstenu d’affirmer que la vaccination sera obligatoire. « Pour les vols intérieurs, il faudra voir ce qui se passe pour le Covid-19, mais pour les voyageurs internationaux arrivant en Australie et pour les gens qui quittent le pays, nous pensons que c’est une nécessité », a-t-il ajouté. Par ailleurs, Alan Joyce a expliqué que si sa compagnie aérienne est la première à mettre en place cette mesure, il ne fait aucun doute que ce sera une mesure généralisée par toutes les compagnies aériennes une fois que les vaccins seront effectivement disponibles.

— M-Foto / Shutterstock.com

Un avis mitigé sur le fait d’imposer la vaccination pour les vols internationaux

Malgré cette affirmation, aucune autre compagnie aérienne n’a pour l’instant exprimé le désir d’imposer la même règle. Certaines ont même exprimé leur réserve. Nous pouvons notamment citer l’exemple de Korean Air dont un responsable a déclaré qu’une telle mesure ne sera envisagée que quand un vaccin sera effectivement disponible à la distribution de masse. Il en va de même pour Japan Airlines qui préfère encourager les passagers à respecter les gestes barrière et les différentes mesures de sécurité qui sont déjà en place.

Quoi qu’il en soit, certains n’ont pas totalement écarté cette idée. Selon CNN, Air Asia décidera de son choix une fois que les vaccins seront effectivement disponibles. De son côté, Air New Zealand a exprimé son optimisme face aux nouveaux vaccins, mais a exprimé son intention de se référer à son gouvernement pour décider s’il sera obligatoire ou non d’être vacciné contre le Covid-19 avant de prendre un vol international. Pour l’instant, il est difficile de déterminer si une telle mesure est effectivement applicable dans un futur proche dans la mesure où on ne sait pas quelle quantité de vaccins les entreprises pourront produire.

À noter que ce débat intervient alors que plusieurs entreprises pharmaceutiques ont annoncé des résultats très prometteurs concernant leurs candidats vaccins au Covid-19. Le premier à avoir annoncé son vaccin a été l’équipe américano-allemande Pfizer/BioNTech. Selon leur déclaration, leur vaccin est actuellement efficace à 90 %. Cette annonce a été suivie par celle de l’Américain Moderna dont le vaccin serait efficace à 94,5 %. Enfin, le dernier à avoir annoncé son vaccin a été le Britannique AstraZeneca dont le vaccin devrait être efficace entre 70 % et 90 %. Pour l’instant, on ignore encore la date précise du déploiement de l’un ou l’autre de ces vaccins.

1
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Hannibal Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Hannibal
Invité
Hannibal

Alors comme ça maintenant, les patrons d’entreprises privées s’arrogent le droit d’imposer un acte médical qui est normalement du ressort du médecin traitant et des agences de santé publiques. De mieux en mieux. A remarquer, il exige une preuve de vaccination, pas d’immunité ou de non contagiosité (éléments qui ne sont d’ailleurs pas évalués dans les essais cliniques actuels de Moderna, Pfizer ou Astra qui plus est).