Chavín de Huántar
© Qpqqy, CC BY-SA 4.0 , via Wikimedia Commons

Dans certaines cultures, les endroits mystérieux et les labyrinthes secrets sont plus que des mythes. En effet, des archéologues ayant mené des études dans les Andes péruviennes ont découvert des passages secrets qui mèneraient dans les profondeurs du temple de Chavín de Huántar.

Des passages secrets vieux de 3 000 ans

Les archéologues ont affirmé que « ce sont des passages, des couloirs, des pièces, des cellules et des niches bordés de pierres, assez grands pour être traversés, recouverts de poutres en pierre ». Pour le moment, rien n’est confirmé sur l’utilisation des galeries. En revanche, les archéologues pensent qu’elles ont été réalisées à des fins religieuses. Les experts pensent que les petites pièces ont été employées pour la privation sensorielle tandis que les grandes pièces concernent plutôt le culte des idoles.

Malgré plusieurs années de recherche, ce n’est qu’en 2019 que les derniers passages ont été découverts au Pérou à partir de drones. Après les enquêtes, les chercheurs ont découvert que le temple a été construit entre 1200 et 200 ans avant J.-C. Le temple totalise en tout 36 pièces. La distance qui mène aux passages est de 100 mètres environ. Le site est difficile d’accès en raison de l’existence de nombreux coins à angle droit et plusieurs niveaux.

L’exploration a tout de même été retardée en raison de la pandémie de Covid-19. C’est seulement en mai que les archéologues ont poursuivi leurs observations. Ce n’est qu’à ce moment que le plus ancien passage a été débouché, qui date de 3 000 ans environ. Toutefois, l’attente en valait la peine, à en croire l’un des chercheurs prénommé Rick.

Ils étaient utilisés pour des rituels religieux

Dans un premier temps, ils ont découvert deux bols qui auraient été utilisés en tant qu’objets religieux. La découverte de trompettes ornementales sculptées a confirmé ces hypothèses. Même si la religion ou la croyance est mal connue, on peut en déduire que les objets découverts dans les pièces ont été utilisés pour les cultes.

Dans un second temps, Rick a affirmé qu’« il y avait une tradition à Chavín d’inhaler du tabac à prise hallucinogène ». D’après lui, il est fort possible que l’endroit ait été créé pour la pratique de rituels interdits qui consistaient à consommer des drogues et, plus précisément, des gousses de l’arbre vilca contenant de la diméthyltryptamine (ou DMT), une puissante substance hallucinogène.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments