orgasme
— volkovslava / Shutterstock.com

Durant les rapports sexuels, certaines femmes libèrent une grande quantité de liquide. Ce phénomène est surnommé « éjaculation féminine ». En revanche, certaines libèrent une petite quantité de liquide laiteux. Les scientifiques affirment connaître l’origine de ces deux liquides. D’après eux, ces liquides expulsés durant l’orgasme proviennent de la vessie. Des études ont été lancées dans le but de faire la lumière sur ce phénomène.

Le corps de la femme est assez complexe

Durant un rapport sexuel, les femmes produisent divers types de fluides. En effet, durant l’excitation, elles produisent un liquide lubrifiant. Et une fois que l’orgasme est atteint, les femmes produisent deux autres liquides. L’un serait laiteux et en petite quantité tandis que l’autre serait clair et pourrait atteindre plusieurs millilitres. Mais il faut savoir que ces liquides sont tous deux expulsés par l’urètre. Mais après des recherches plus approfondies, le terme « éjaculation » serait réservé au liquide laiteux, et « gicler » serait le terme utilisé pour la libération du liquide clair. Environ 5 % des femmes dans le monde pourraient gicler.

D’après une étude menée en 2014 par Samuel Salama, un gynécologue français, durant le giclement, la femme libère aussi de l’urine. Durant l’étude, il a observé que la vessie était pleine avant de gicler et vide après. Afin de confirmer cette hypothèse, Miyabi Inoue, urologue à la clinique Miyabi Urogyne, au Japon, a entrepris une expérience sur cinq femmes volontaires et capables de gicler. Après avoir reçu un liquide bleu dans leur vessie, un volontaire masculin les a stimulées sexuellement jusqu’à ce qu’elles giclent. Un chercheur a recueilli le liquide dans une tasse stérile et confirmé que le liquide était bel et bien bleu.

orgasme
— George Mayer / Shutterstock.com

Le giclement provient de la vessie

D’après Jessica Påfs, de l’université de Göteborg en Suède, l’origine du giclement vient d’être confirmée, mais il reste encore d’autres questions sans réponse. D’après Inoue, les femmes de l’étude avaient un bon contrôle de la vessie et l’éjaculation n’était pas due à une incontinence urinaire. Il faut savoir que les femmes possèdent de petites glandes appelées glandes de Skene ou prostate féminine. Cette dernière est située à côté de l’urètre. Le liquide laiteux expulsé contient donc un antigène spécifique de la prostate ou PSA, et cet élément est aussi présent durant l’éjaculation masculine.

Quatre femmes sur cinq ont libéré ce liquide qui contient du PSA au même moment où elles ont giclé. Les deux fluides se sont donc mélangés dans leur urètre. Påfs a décidé d’interviewer 28 femmes en Suède et la plupart ont répondu que gicler était très satisfaisant, quand d’autres trouvent cela embarrassant. Certaines affirment l’avoir fait involontairement tandis que d’autres l’ont appris avec de la pratique. D’après des femmes au Rwanda, cela procure un haut niveau de satisfaction et de relaxation, et la technique serait transmise de génération en génération.

Pour aller plus loin, vous pouvez tester vos connaissances sur l’orgasme avec notre quiz.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments