Atteint de paralysie du sommeil, Nicolas retranscrit ses visions dans des clichés surréalistes

Imaginez un instant être prisonniers de vos cauchemars et être incapable d’agir pour vous en échapper. C’est ce qu’a souhaité retranscrire dans ses photos Nicolas Bruno. Cet artiste atteint pendant longtemps de paralysie du sommeil a mis en images certaines de ses effrayantes visions nocturnes. Un travail remarquable qui met en lumière cette maladie et qui lui a permis de s’en libérer.

Pouvant toucher tout le monde et à tout âge, la paralysie du sommeil est un trouble récurrent qui survient quand on est sur le point de s’endormir ou de se réveiller. L’esprit est conscient mais le corps ne peut absolument pas bouger. Lors de cet état, on peut également être victime de visions et ressentir une oppression, une présence maléfique, une idée de mort imminente. Autant d’éléments qu’a subi Nicolas Bruno, un photographe, et qui sont devenus les sujets d’une série de photos surréalistes.

Dans des clichés à la fois sombres et un brin dérangeants, Nicolas met en scène ce qu’il vit quand il dort. Et ces photos arrivent à nous retranscrire la puissance qui peut se dégager de cette maladie méconnue qui change les cauchemars en de véritables épreuves que l’on doit affronter toutes les nuits. D’autant que cette condition difficile à supporter a un impact sur le corps mais aussi sur l’esprit, générant du stress, des angoisses et même de la dépression.

Cependant, l’artiste a su transformer ce problème en quelque chose de créatif grâce à l’aide d’un de ses professeurs qui lui a suggéré de mettre en images ces visions. Comme une forme d’exorcisme, les photos ont permis à Nicolas d’avancer et surtout de ne plus souffrir de cette maladie.  » Cela m’a donné la force de persévérer dans la vie, de créer de l’art et de parler aux gens. Je ne sais pas où je serais sans ça.  »

Si elles peuvent choquer, les visions cauchemardesques de Nicolas permettent également de mettre des images sur ce que ressentent les victimes de la paralysie du sommeil. Et le feu, les nombreuses personnes ou les symboles renforcent cette sensation en nous donnant l’illusion d’être nous aussi prisonniers de ces cauchemars. Si vous souhaitez en apprendre plus sur le travail de Nicolas et découvrir ses autres travaux, n’hésitez pas à vous rendre sur son site ou son compte Instagram


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux