« La Marche pour les Sciences » : un véritable succès planétaire

Ce samedi 22 avril, plusieurs centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour la « Marche pour les Sciences ». Ce mouvement, initié aux États-Unis en réaction à l’arrivée de Donald Trump à la présidence, a été largement suivi partout sur la planète. Le mot d’ordre : garantir la reconnaissance de la démarche scientifique et l’indépendance de la science vis-à-vis des pouvoirs politiques. En France, à Paris et en province, les marches ont rassemblé plusieurs milliers de personnes. Un véritable succès.

La « Marche pour les Sciences », qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une manifestation pacifique qui rassemble des chercheurs, des scientifiques, des journalistes, mais aussi de simples citoyens, tous engagés pour protéger la démarche scientifique et l’indépendance des scientifiques par rapport aux pouvoirs politiques. Cette « Marche pour les Sciences » a été imaginée aux États-Unis, en réaction à l’investiture de Donald Trump, le 20 janvier dernier.

« Les sciences, et plus généralement le monde académique, font partie des premières cibles de la nouvelle administration », expliquent les signataires français d’une tribune publiée dans Le Monde, datée du 15 février dernier. Selon eux, « le président Trump a, dès les premiers jours, cherché à contrôler les programmes de recherche susceptibles de recevoir des crédits fédéraux et restreint la diffusion des résultats de grandes agences fédérales ».

 

Pourquoi organiser des marches en France ?

Si cette manifestation a été imaginée pour répondre aux inquiétudes face à l’investiture de Donald Trump aux États-Unis, de nombreux chercheurs français pensent également que l’indépendance de la science est parfois remise en cause dans notre pays.

« Cela concerne des prises de position répétées de nos responsables politiques : du haro sur la soi-disant « culture de l’excuse » des sciences humaines et sociales au retour du « roman national » dans les programmes d’Histoire, jusqu’aux sorties de route climatosceptiques d’un ancien Président de la République (Nicolas Sarkozy, ndlr), sans oublier l’intronisation du moteur diesel « au coeur de la mobilité environnementale », dénoncent ainsi certains scientifiques.

Les chercheurs en appellent aussi à plus de moyens financiers pour leurs recherches.

 

Y avait-il du monde dans les rues ce samedi en France ?

En France, plusieurs « Marches pour les Sciences » ont été organisées dans 22 villes : à Paris, mais également en province comme à Lyon, Brest, Bordeaux, Marseille, Grenoble, Toulouse, Rennes, Nice ou encore sur l’île de La Réunion ou en Nouvelle-Calédonie. À Paris, la marche a rassemblé environ 5 000 personnes.

 

Et dans le monde ?

D’après les différentes estimations à notre disposition, les « Marches pour les Sciences » organisées dans le monde entier ont rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes dans 514 villes : 50 000 à Los Angeles (États-Unis), 40 000 à Chicago (États-Unis), 20 000 à Philadelphia (États-Unis), 11 000 personnes à Berlin (Allemagne), 10 000 à Londres (Angleterre), ou encore 4 000 à Melbourne (Australie).

Pour terminer, découvrez en images les différents rassemblements du monde :


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux