Il y a quelques semaines, plusieurs influenceurs d’Instagram ont mis en avant un magnifique champ de coquelicots sur le réseau social. Seulement, voilà, il est devenu tellement populaire que des milliers de touristes se sont empressés de voir l’endroit qui est, depuis, devenu totalement méconnaissable.

Quel est ce lieu ?

Peuplée d’environ 50 000 habitants, Lake Elsinore était une ville paisible. De nature plutôt calme, la région possède néanmoins des collines sublimes qui portent des millions de coquelicots. Cette année, une super floraison a été permise grâce à un hiver particulièrement humide. Se produisant environ une fois par décennie, celle-ci se montre particulièrement impressionnante. Le spectacle étant sublime, il n’a pas fallu longtemps avant d’attirer des curieux. Et à l’heure des réseaux sociaux, la petite commune du comté de Riverside en Californie a été le théâtre d’un véritable déferlement de touristes qui ont découvert le lieu par les réseaux sociaux, et plus particulièrement Instagram.

Comme vous pouvez le voir sur les photographies relayées ci-dessous, les collines abritent des millions de coquelicots qui, au printemps, dévoilent un spectacle magnifique. Avec ses couleurs orangées, impossibles de passer à côté, et même les satellites peuvent remarquer l’endroit tellement il est unique.

Mais comme nous l’avons dit, si la région est peuplée de 50 000 personnes, ce sont des centaines de milliers de touristes qui ont voulu voir de leurs propres yeux le champ, le fouler, et prendre des clichés pour ensuite les partager avec leur cercle social. En conséquence logique de cet afflux démentiel, Lake Elsinore est aujourd’hui largement menacé et méconnaissable.

Le New York Times fait remonter l’histoire au 1er mars 2019, avec l’instagrammeuse Jaci Marie Smith qui publie un premier cliché d’elle en plein milieu du champ. Avec sa salopette orange et son pull assorti, la jeune femme récoltera des dizaines de milliers de “likes” sur le réseau social. Il faut dire qu’elle est suivie par plus de 400 000 personnes, et qu’environ 100 000 curieux ont visité les lieux, seulement deux semaines après la publication de la photo.

Quelles ont été les réactions face à ce phénomène ?

Devant ce fléau grandissant, et même si le tourisme explosait, la mairie de Lake Elsinore a essayé de réduire la fréquentation démentielle. Prenant de l’ampleur, les foules se pressaient sans aucune concession pour êtres les premières sur le lieu, pour pouvoir le publier et montrer leur exploit à leurs amis. Un agent de la mairie a même été heurté par une voiture de touriste. Un homme a été mordu par un serpent à sonnette, mettant sa vie en danger. Ainsi, pour lutter contre ces flux, les services municipaux ont décidé d’interdire les voitures aux touristes, fermés les places où ils se garaient, et ont mis en place des navettes payantes.

Malheureusement, cette décision n’a eu aucun effet pour sauver et préserver l’endroit. Les touristes ont continué à se rendre sur les lieux avec leur voiture polluante, écrasant sans s’en rendre compte les écosystèmes environnants, car ils devaient dorénavant passer par d’autres routes. Se garant à des endroits qui n’étaient pas prévus pour (l’autoroute, par exemple), on ne sait toujours pas l’étendue des conséquences exacte, mais les habitants locaux se disent excédés par toute cette activité. En dernier baroud d’honneur, le service officiel de la ville a déclaré que « Notre ville n’est pas faite pour les foules de Disneyland.”

En effet, en plus du champs en lui-même, les conséquences ne sont pas anodines sur les locaux. Allergies, embouteillages massifs et inédits, bruits, services de navette de la ville mesurés en heure, le quotidien des habitants a viré au cauchemar. Alors comme principal soutien, ils peuvent compter, paradoxalement, sur les réseaux sociaux. Si une partie est responsable du désastre, les utilisateurs d’internet se rassemblent afin de protester contre le phénomène catastrophique de cette véritable “mode d’Instagram”. Des hashtags dénonçant le caractère malsain apparaissent fréquemment sous les publications des touristes prenant la pose dans les champs par exemple. Enfin, la ville a pris la décision de lancer son propre hashtag sur Twitter et Instagram, #PoppyShutdown…

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de