Internet va enfin rendre justice à ces artistes féminines méprisées pendant des siècles

Après un travail de restauration colossal réalisé à Florence en 2009, les femmes artistes de Florence vont connaître une nouvelle consécration : leur travail sera (enfin !) disponible en ligne vers l’automne 2019.

 

Un paradoxe frappant

Véritable joyau culturel et architectural de l’Italie, Florence a assisté ces dernières années à une réhabilitation en bonne et due forme de son paysage artistique. Et pour cause : les artistes féminines, jusqu’alors peu exposées, sont valorisées par Jane Fortune en 2009 grâce à la création d’une association à but non lucratif The Advancing Women Artist Foundation.

Avec le soutien de cette association, la ville de Florence avait pu restaurer et sortir de l’inconnu de nombreux tableaux peints par des femmes aux XVe et XIXe et abandonnés jusqu’alors dans les réserves muséales florentines, inconnus même par les employés de ces lieux artistiques.

Une ironie quand on sait que la plupart du travail de restauration artistique à Florence est confié aux femmes. Cette prédominance féminine dans le secteur remonte aux années 1960, alors qu’une inondation dévastatrice en 1966 menait à la destruction massive des trésors artistiques de la cité. Cette inondation marque le début d’une grande mobilisation féminine sur le travail de restauration. « C’était d’ailleurs la première fois que les femmes portaient des pantalons à Florence, » souligne Linda Falcone, directrice actuelle de l’association  au site Artnet. « La libération des femmes florentines est étroitement liée à cette période ».

 

De l’ombre à la lumière

À la création de l’association, Jane Fortune a fait le choix de mettre en valeur les travaux féminins datant principalement des XVe et XIXe. A ces époques, les femmes artistes étaient principalement autodidactes : aucune ne suivait de formation artistique, et elles étaient proscrites des cours d’anatomie, alors indispensables.

Ignorés par leur époque, ces chefs-d’oeuvre féminins avaient donc fini par croupir dans les réserves des musées florentins. Grâce aux actions de restauration et d’exposition entreprises par l’association, ce travail d’orfèvre avait gagné en visibilité à petite échelle. Malheureusement, ces efforts s’étaient avérés insuffisant, menant à ce triste constat : les femmes étaient occultées de ces courants artistiques, et ne bénéficiaient d’aucune couverture virtuelle suffisante pour obtenir une visibilité et une reconnaissance pérenne.

Ce sera chose faite à l’automne 2019. A Space Of Their Own (littéralement « un espace bien à elles ») devrait voir le jour permettant de recenser en ligne plus 600 chefs-d’œuvre des XVe et XIXe siècles. Un bel hommage à la féminité, près de 10 ans après la création de Advancing Women Artist Foundation. Une décision également loin d’être anodine moins d’un mois après le décès de sa créatrice Jane Fortune, décédée le 28 septembre 2018, et qui consacra sa vie à la reconnaissance des femmes dans la monde de l’art.

Openculture

 


Les plus grandes aventures sont intérieures.

— Hergé