escape game
— BearFotos / Shutterstock.com

La peur n’est généralement pas considérée comme un sentiment positif. Pourtant, un grand nombre de personnes cherchent ce sentiment avec les maisons hantées, les films d’horreur et les sports extrêmes. Mais pourquoi les gens aiment autant avoir peur ?

Oui, avoir peur peut être agréable

S’il est sans doute plus amusant de causer une bonne frayeur que d’avoir soi-même peur, cela reste quelque chose d’amusant que beaucoup de gens apprécient. En effet, beaucoup de personnes adorent avoir peur et cela explique pourquoi les réalisateurs produisent de plus en plus de films d’horreur. Mais le fait d’aimer la peur est assez étranger, dans la mesure où il s’agit généralement d’un sentiment négatif. En effet, la peur n’est pas quelque chose d’agréable : cela accélère le rythme cardiaque, donne des sueurs froides, provoque la chair de poule et fait tendre les muscles.

Tous ces phénomènes sont notamment provoqués par la libération d’adrénaline induite par une stimulation de l’hypothalamus par l’amygdale. En plus des différentes réactions susmentionnées, l’adrénaline provoque également un regain rapide d’énergie ; et c’est notamment l’une des sensations que l’on recherche par le biais de la peur. Une fois que la frayeur est passée, le retour à la normale entraine une formidable sensation de soulagement, et c’est également un des aspects positifs de la peur.

Bref, avoir peur peut ainsi aider le temps d’un instant à nous sentir physiquement plus fort et provoquer une certaine forme d’euphorie. Dans certains cas, la frayeur – notamment dans une situation dangereuse – peut bloquer la détection de la douleur et rendre le corps plus apte à agir. Psychologiquement, la peur peut également avoir un aspect positif, surtout lorsqu’on arrive à la surmonter. Cela peut notamment conduire à un sentiment d’accomplissement qui s’apparente à ce que l’on ressent lorsqu’on court un marathon ou lorsqu’on escalade une montagne.

film d'horreur
— Antonio Guillem / Shutterstock.com

Avoir peur, mais sous certaines conditions

Mais il est important de savoir qu’il y a de bonnes et de mauvaises frayeurs. De manière générale, la peur est considérée comme positive lorsque son origine fait partie de quelque chose que l’on considère comme une forme de jeu. Dans ces cas-là, le plaisir vient d’une certaine maîtrise face à une situation imprévisible et effrayante. Cela signifie qu’il existe un filet de sécurité face au danger dans notre recherche d’incertitude, de risque, de surprise et d’euphorie. Notons que même si c’est généralement amusant, tout le monde n’apprécie pas la bonne peur.

Lorsque ce filet de sécurité est enlevé, nous faisons face à la mauvaise peur, à la véritable peur. C’est un sentiment que l’on peut éprouver dans de nombreuses situations dramatiques ; par exemple, lorsqu’on est menacé avec une arme à feu, lorsqu’on fait face à un dangereux animal sauvage, ou pour certains, lorsqu’on est perché au-dessus du vide. La vraie peur est un sentiment très déstabilisant qui peut être angoissant, stressant et causer de graves traumatismes chez certaines personnes, et il est donc préférable de ne pas y faire face.

Pour aller plus loin, découvrez pourquoi vous prenez tant de plaisir à jouer aux jeux vidéo d’horreur.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments