peur neurones
— Camila R P / Shutterstock.com

La peur est un sentiment que l’on ressent lorsqu’on est face à un danger ou à une menace. C’est un instinct inné chez une personne puisque cela permet de décider à quel moment elle doit fuir ou combattre. Notre cerveau a donc la possibilité de faire la différence entre divers évènements. Cela est dû à des neurones et, d’après certains scientifiques, la peur s’actionne grâce à l’activité de l’amygdale. L’amygdale est un ensemble de noyaux qui se situent dans les lobes temporaux. C’est donc grâce aux amygdales que nous pouvons ressentir le sentiment d’extrême peur.

De nouveaux neurones responsables de la peur

Les scientifiques responsables de cette recherche ont affirmé avoir découvert ce qui est le « centre de la peur ». Afin de connaître son fonctionnement, ils ont effectué des tests sur des souris génétiquement modifiées. C’est à partir de ces tests qu’ils ont déduit l’existence de deux populations distinctes des neurones qui utilisent une molécule appelée peptide liée au gène de la calcitonine (CGRP). Ces deux populations sont situées dans le tronc cérébral et le thalamus, et c’est de là qu’elles se connectaient à l’amygdale de l’animal.

Plus tard, ils ont aussi découvert que les humains en étaient aussi dotés. Chez l’Homme, ce circuit peut aussi être lié à d’autres conditions telles que les migraines, le SSPT et les troubles autistiques. Les scientifiques ont effectué divers tests sur les souris, et ils ont découvert que 160 neurones étaient en activité. D’après eux, la majorité des neurones de CGRP étaient actifs surtout lorsque la souris était confrontée à des menaces identifiées par ses sens. D’après Sung Han, neurobiologiste au Salk Institute for Biological Studies en Californie, les neurones de CGRP sont activés grâce aux cinq sens.

peur
— Ipatov / Shutterstock.com

Les neurones CGRP sont indispensables pour ressentir la peur

La peur est innée, de ce fait les chercheurs veulent savoir si l’existence des neurones CGRP était nécessaire surtout pour percevoir les menaces. Ils ont donc recommencé l’expérience sur les souris. Mais cette fois, ils ont fait taire leurs neurones CGRP. Ils ont découvert que ces derniers étaient devenus moins susceptibles envers certaines situations comme les chocs au pied ou les sons forts. Les scientifiques ont donc conclu que les neurones CGRP SPFp et CGRP PBel sont essentiels puisqu’ils permettent de faire une analyse multisensorielle.

Les neurones CGRP ne permettent pas uniquement de faire une analyse, ils permettent aussi de constituer des souvenirs de menaces grâce à l’expérience d’apprentissage appelée pavlovienne. En revanche, cette théorie n’a pas encore été testée sur des humains. De ce fait, il est impossible de savoir si le circuit neuronal CGRP est indispensable chez l’Homme. D’ailleurs, certains médicaments bloquent le CRGP tels que les traitements pour les migraines.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments