12 182 personnes connectées

Découvrez Sex Criminals, ces comics surprenants où deux amants peuvent arrêter le temps !

une-sex-criminal

Après avoir fait ses classes chez Marvel en travaillant sur X-Men et Iron Man, Matt Fraction se lance dans la création de sa propre bande dessinée, Sex Criminals. De pair avec le dessinateur Chip Zdarsky, le duo fait publier leur oeuvre chez Image Comics. Sans patienter, les deux récoltent alors de nombreux prix et la critique comme le public chantent d’une même voix le même refrain : Sex Criminals est une oeuvre à ne pas manquer !

 

Même si le titre est assez clair, il ne s’agit pas de ce genre de criminels. Au coeur de l’intrigue, on trouve deux personnages : Suzie, une bibliothécaire et Jon, un acteur amateur qui doit payer ses factures en travaillant dans une banque. Les deux se retrouvent à une fête et une chose en entraînant une autre, ils finissent par coucher ensemble. Au moment de l’orgasme, le temps s’arrête. Pas métaphoriquement, mais littéralement. Suzie et Jon peuvent bouger, mais tout autour d’eux est figé dans le temps. Un phénomène qui se reproduit à chaque fois que le couple fait l’amour.

 

cm-sexcrim-decouverte

 

Bien entendu, ils vont utiliser cette capacité pour changer leurs vies à tout jamais. La première chose à faire : dévaliser la banque où Jon travaille afin de financer la bibliothèque de Suzie qui est prête à mettre la clef sous la porte. En plus d’avoir un synopsis original, Sex Criminals est agréable à lire en plus d’être hilarant. Matt Fraction était déjà connu pour faire de l’humour lors de son passage chez Marvel, avec des héros qui n’ont pas nécessairement l’habitude de faire rire. Cette fois, plus rien ne le retient. Son collaborateur Chip Zdarsky avec un style coloré et segmenté s’allie parfaitement à la ligne directrice donnée par Fraction.

Le couple se rencontre et comprend l’étendue de leur pouvoir dès le premier numéro. Sur le fond, les créateurs du comics en profitent pour parler du thème principal du livre, le sexe. Ce qu’il implique dans le développement de chacun et ses conséquences dans la vie des hommes et des femmes. Au fur et à mesure que l’on apprend à connaître les personnalités des protagonistes et qu’ils nous révèlent petit à petit leur passé, on comprend mieux leur façon d’aborder le sexe. Suzie connaît son pouvoir depuis déjà bien longtemps, mais ses relations ne l’empêchaient pas de se sentir incroyablement seule.

 

cm-sexcrim-sex

 

Ce qui change dans cette nouvelle relation, est-ce le résultat d’un pouvoir partagé ou simplement le début d’une réelle histoire d’amour qui permettrait ensuite de maîtriser ledit pouvoir ? Au final, Sex Criminals parvient à faire réfléchir même s’il se repose surtout sur son humour et ses situations complètement improbables pour divertir le lecteur tout au long de la narration. Fraction n’hésite d’ailleurs pas à faire sortir ses personnages des pages pour interpeler directement le lecteur puisque Suzie brise le quatrième mur à plusieurs reprises. Un procédé toujours surprenant, mais qu’il faut savoir maitriser avant de l’utiliser. Malheureusement, ce n’est pas toujours pertinent dans Sex Criminals.

Au niveau du travail de Zdarsky, on est souvent face à des pages découpées en cascade. C’est-à-dire que l’on commence par une grande illustration pour passer sur une double case, puis quatre, puis huit petites. Des détails de la scène qui donnent beaucoup de relief à l’immersion du lecteur, et de ce point de vue là, Zdarsky est impeccable. En revanche, son point faible se lit directement sur les visages des personnages, car s’ils savent faire rire par des regards étonnés et sarcastiques, ils ne traduisent pas toujours nécessairement la portée émotionnelle de la scène en question. On regrette également la présence quasi constante de tracés lumineux et de halos de lumière estampillés du tampon de la suite Adobe dès que l’on se retrouve dans une scène sexuelle. Et vous vous en doutez, dans Sex Crminals, c’est souvent le cas.

 

cm-sexcrim-covers

 

Au final, on ne peut que tomber amoureux du synopsis déjanté, mais captivant, de Sex Criminals. Si le comics est parvenu à faire rire ses lecteurs et à séduire la critique depuis sa première parution en 2013, beaucoup se demandent si le concept saura résister au temps qui passe et si la surprise initiale ne va pas bientôt laisser place à la lassitude. Étant donné la qualité des premiers numéros, on ne s’inquiète cependant pas tant que ça.

Ces articles vont vous plaire

— S.E.L.L.

En 2015, 53% de la population française déclarait jouer aux jeux vidéo