William Moulton est un homme peu connu dans le monde pour son nom mais pour son œuvre : le personnage de Wonder Woman. En effet, il était avocat, psychologue, créateur du système DISC. de la classification de la personnalité, inventeur de la première version de la machine à détecter le mensonge mais on se souvient le plus de lui comme étant créateur du personnage de bande dessinée Wonder Woman.

Les débuts de William Moulton Marston

Élevé dans le Massachusetts, Marston a fait ses études à Harvard. Il a obtenu un BA en 1915, un LLB en 1918 et un doctorat en psychologie en 1921. Au cours des dix années suivantes, Marston a enseigné à l’American University et à la Tufts University. Il a développé sa version du polygraphe, inventée en 1921 par un étudiant de l’Université de Californie à Berkeley. Pendant qu’il enseignait à Tufts, Marston a rencontré Olive Byrne, une ancienne étudiante diplômée qui est devenue son assistante de recherche dans son travail sur le polygraphe.

Après que la femme de Marston, Elizabeth, lui ai soufflé l’idée d’un possible lien entre pression sanguine et émotions, Marston a réalisé au fil de ses analyses qu’il existait bien une corrélation entre le mensonge et la tension artérielle. Il a ensuite inventé le test de pression artérielle systolique, qui utilisait des brassards de tensiomètre et un stéthoscope pour mesurer la pression artérielle par intermittence pendant l’interrogatoire et révélait apparemment des changements lorsque le sujet était couché. Ce fut le premier détecteur de mensonge fonctionnel.

Le premier détecteur de mensonge

En 1923, Marston tenta sans succès de faire admettre sa machine en tant que preuve devant les tribunaux. Marston voyait également un avenir pour la machine dans le domaine de l’amour ainsi que du crime, et la considérait même comme un outil de psychothérapie, affirmant qu’elle dévoilerait des secrets subconscients dont le sujet n’était pas au courant. Il a rapporté que son appareil avait réussi à résoudre des problèmes domestiques – par exemple, il a affirmé que deux détectives amoureux étaient révélés être amoureux par le détecteur de mensonges, et qu’ils étaient en mesure de comprendre leurs sentiments et de se marier l’un avec l’autre.

William Moulton Marston qui teste son détecteur de mensonge © Wikimédia /

Pendant ce temps et pendant des années, Marston a poursuivi son propre travail en tant que psychologue, développant sa théorie DISC ou Dispositif d’Ingénierie Socio-Cognitive. La théorie des DISC est un système de classification des personnalités en évaluant la manière dont elles se comportent dans une situation favorable ou antagoniste: les catégories de comportement sont la domination, l’influence, la soumission et la conformité. Marston a écrit des essais sur la psychologie populaire et, en 1928, a publié Emotions of Normal People – son livre expliquant la théorie DISC. L’une des constatations de Marston est une différence de comportement entre les sexes: il affirme que ses expériences psychologiques ont prouvé que les hommes étaient plus enclins à soumettre dans des situations d’amour, tandis que les femmes étaient plus enclines à induire.

Ses débuts dans la bande-dessinée

Tout au long des années 30, Marston devint une personnalité bien connue du public : en 1938, il apparut même dans des publicités de Gillette affirmant que le détecteur de mensonges prouvait que les lames de rasoir de Gillette étaient meilleures que celles de ses concurrents. Il a également été fréquemment cité dans le magazine Family Circle, interviewé par un jeune employé nommé « Olive Richard » (en réalité un pseudonyme d’Olive Byrne, ancienne élève de Marston). Un article intitulé «Ne rigolez pas dans les bandes dessinées» a été publié en 1940. Dans cet article, Marston a expliqué qu’il voyait un potentiel éducatif élevé dans les bandes dessinées. L’éditeur de bandes dessinées Max Gaines a vu l’article et a engagé Marston en tant que consultant en éducation pour All-American Publications, qui fusionnerait bientôt avec une autre société pour former DC Comics.

Un an plus tard, Marston écrivait son propre comics, créant le personnage de Wonder Woman dans un rôle invité dans le film All-Star Comics # 8 de 1941, sous le pseudonyme de « Charles Moulton». Marston, féministe avant l’heure, espérait créer un super-héros féminin aussi fort que ses homologues masculins. Il lui a donné son propre détecteur de mensonge sous la forme du « Lasso de la vérité » magique qui a poussé quiconque pris dedans à dire la vérité. Wonder Woman était immensément populaire, et a bientôt joué dans sa propre bande dessinée. Tout comme il s’était concentré sur la domination et la soumission dans ses études de psychologie, Marston a structuré l’univers de Wonder Woman avec les mêmes catégories : elle et les autres personnages de la série étaient constamment ligotés, enchaînés, emprisonnés et menottés. Cela témoignait de la philosophie morale de Marston, selon laquelle il fallait se soumettre à la vérité pour retrouver la liberté: le lasso d’or était en soi un instrument de domination et de libération.

Les deux « femmes » de Marston

Pendant tout ce temps, Olive Byrne avait vécu avec Marston et son épouse Elizabeth dans ce qui semblait être une relation polyamoureuse. Les deux femmes ont eu deux enfants de Marston et Elizabeth a même donné le nom Olive à sa propre fille, en plus d’adopter officiellement les enfants d’Olive. Le fils de Marston et d’Elizabeth, Pete, s’est d’ailleurs épanché sur son bonheur concernant cette situation .

Pete Marston a également laissé entendre que c’était l’idée d’Elizabeth de créer une super-femme après avoir appris que son mari voulait écrire une bande dessinée. Elizabeth Marston était elle-même une femme forte, diplômée en psychologie et en droit et travaillant pour soutenir la famille. Marston lui-même a attribué certains aspects de Wonder Woman à Olive, dans une autre interview publiée par Family Circle en 1942: tout en présumant qu’elle était simplement une journaliste et non son amante, il l’appelait sa « Wonder Woman » et disait que ses bracelets (celles en argent qu’elle semble avoir toujours portées) ont été l’inspiration des manchettes pare-balles de Wonder Woman. Ces groupes, l’esclavage dans les bandes dessinées de Marston et sa focalisation sur les catégories de domination et de soumission ont conduit à de nombreuses spéculations sur le fait que le trio était impliqué dans le BDSM (Bondage, punition, sadisme, masochisme, pratiques sexuels hors normes) ainsi que dans le polyamour.

Marston déclara :

FRANCHEMENT, WONDER WOMAN EST UNE PROPAGANDE PSYCHOLOGIQUE POUR LE NOUVEAU TYPE DE FEMME QUI DEVRAIT, JE CROIS, GOUVERNER LE MONDE

Marston est décédé subitement d’un cancer en 1947, mais Elizabeth et Olive ont continué à élever leurs enfants ensemble et étaient partenaires jusqu’à la mort d’Olive à la fin des années 80. Wonder Woman a été publié de manière continue depuis sa création (et est l’un des trois personnages de DC Comics pour lesquels cela est vrai).

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de