— Dimitris Barletis / Shutterstock.com

Les chercheurs de la société spécialisée en cybersécurité Check Point ont constaté que le nombre d’annonces destinées à vendre illégalement des vaccins contre le Covid a explosé sur le darknet au cours des trois derniers mois. Selon Check Point, ces annonces étaient au nombre de 400 à la mi-décembre. Mais actuellement, plus de 1 200 annonces apparaissent sur le darknet quand on tape les mots « vaccin », « covid » ou encore « corona ».

Des vaccins vendus plus de 400 €

D’après cette société spécialisée en cybersécurité, ces annonces ont commencé à apparaître en octobre 2020, au fur et à mesure que les scientifiques publiaient leurs recherches sur le Covid-19 et que les gouvernements du monde entier autorisaient progressivement les vaccins anti-Covid. Sur le darknet, les vendeurs déclarent se trouver aux États-Unis, en Espagne, en Allemagne, en France ou encore en Russie mais affirment qu’ils peuvent livrer les commandes n’importe où dans le monde.

Difficile de savoir si les vaccins en question sont des vrais ou des contrefaçons. En tout cas, le prix pour les vaccins commence à 500 dollars, soit 420 euros, pour une dose de vaccin AstraZeneca et 600 pour le vaccin Johnson & Johnson. Certains vendeurs proposent même des prix de gros, soit 30.000 dollars pour un total de 10.000 doses de vaccin divisées en deux colis de 5.000 doses. Le paiement se fait ensuite en bitcoins.

Néanmoins, Check Point prévient que toute transaction réalisée sur le darknet est rarement fiable. Pour preuve, les chercheurs de la société ont tenté d’acheter une dose de vaccin sur le darknet, mais une fois que le vendeur a reçu le paiement des 750 dollars, il a supprimé son compte et la commande n’est jamais arrivée à destination, nous rapporte Les Echos.

― dela-media / Shutterstock.com

Check Point et Interpol mettent en garde contre les activités criminelles autour du Covid-19

Par ailleurs, plusieurs vendeurs malintentionnés profitent visiblement de la situation puisque certains vont jusqu’à proposer de faux documents, comme de faux certificats de vaccination pour 200 dollars ou encore de fausses attestations de tests négatifs au Covid-19 pour seulement 25 dollars. Check Point tire ainsi la sonnette d’alarme sur le fait qu’« il semble que divers acteurs et pirates se soient rapidement rendu compte du marché potentiel des faux documents et aient très vite saisi l’opportunité de le monétiser ».

En tout cas, l’organisation de coopération policière internationale Interpol a mis en garde ses 194 pays membres en fin d’année 2020 contre une « potentielle activité criminelle liée à la contrefaçon, au vol et à la promotion illégale de vaccins contre la Covid-19 et la grippe ». Néanmoins, le fait que le darknet utilise un navigateur spécialisé comme Tor et que les vendeurs ne puissent être contactés que via une messagerie cryptée comme Telegram complique la tâche de les arrêter et de mettre fin à ce marché tristement lucratif de produits contrefaits et de fausses attestations.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de