centrale ukraine
— Ihor Bondarenko / Shutterstock.com

La centrale nucléaire ukrainienne de Zaporizhzhia est dans une situation chaotique. En effet, ses systèmes de refroidissement ne tiennent plus qu’à un fil. Explications.

Comme l’a rapporté le New York Times, les bombardements de l’usine contrôlée par la Russie et qui ont frappé les alentours de l’usine ont détruit l’infrastructure électrique de celle-ci. Elle alimente la ville d’Enerhodar où vivent les travailleurs de l’installation. Cela a provoqué une panne d’électricité générale : plus d’eau courante, pas d’égouts et pas d’électricité hors site pour les circuits de refroidissement et de sûreté du réacteur. « Il s’agit d’une situation insoutenable et qui devient de plus en plus précaire », a déclaré dans un communiqué Rafael Mariano Grossi, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique de l’ONU. il a également appelé à la création d’une zone de sécurité autour de l’installation.

Déjà coupée de son alimentation externe ces dernières semaines, l’usine fait face à une situation instable qui ne fait qu’empirer. Par ailleurs, s’appuyant sur un système diesel de réserve, elle est dangereuse dans une zone de guerre. Le conflit peut effectivement limiter l’accès au carburant et à d’autres besoins. Le New York Times a de surcroît expliqué que l’usine n’a jamais compté sur les mesures de sécurité plusieurs jours de suite.

Finalement, l’usine n’est pas convaincue que ses câbles puissent être à nouveau réparés. Elle envisage de se tourner pleinement vers le diesel, chose qui inquiète l’ONU. « Ce développement dramatique démontre l’impératif absolu d’établir une zone de protection de la sûreté et de la sécurité nucléaires maintenant », a expliqué Rafael Mariano Grossi. « C’est la seule façon de s’assurer que nous ne sommes pas confrontés à un accident nucléaire. »

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
Hannibal
Hannibal
16 jours

Rupture des systèmes de refroidissement provoqués par qui ? Les fonctionnaires de l’AIEA semblent en avoir une petite idée…