Une application chinoise consacrée aux personnes LGBT+ s’est retrouvée au cœur d’un scandale. Sans qu’ils le sachent, des millions d’utilisateurs ont vu leurs données personnelles être accessibles à tous. Un véritable souci dans un pays où les personnes LGBT+ ne sont pas protégées par la loi.

UNE APPLICATION FERMÉE PUIS RELANCÉE

Faire des rencontres LGBT+ en Chine est possible grâce à plusieurs applications. Le pays a décriminalisé l’homosexualité en 1997 mais les droits des personnes LGBT+ restent encore limités. Toutefois, des applications de dating ont été créées. Rela en fait partie.

En 2017, l’application est fermée sans raison apparente par des régulateurs chinois. Mais en 2018, elle est relancée. Quelques mois à peine après son retour, elle est au centre d’une polémique honteuse. Les informations personnelles de plus de 5 millions d’utilisateurs ont été exposées au grand jour.

Les applications de rencontre LBGT sont nombreuses en Chine

POURQUOI CE RETOUR A FAIT POLÉMIQUE ?

Il se trouve que les profils et données privées des utilisateurs se trouvaient sur un serveur non protégé. En l’absence de mot de passe, n’importe qui pouvait accéder à ces informations. Le pire est que l’accès à cette base de données était possible à peine un mois après le retour de l’application.

Il était possible de connaître la date de naissance, le poids, l’origine ethnique et les préférence sexuelles de plus de 5,3 millions de personnes. Certaines données permettaient même de géolocaliser les utilisateurs. Depuis cet incident, la base de données a été sécurisée. Mais cette erreur a touché des millions de personnes dans un pays qui peine encore à accorder des droits aux personnes LGBT+.

UN MARCHÉ EN PLEIN BOOM

La discrimination est encore très présente en Chine et la fuite de données peut entraîner de graves problèmes pour les personnes impliquées. Malgré cette erreur, les applications de dating pour personnes LGBT+ sont très appréciées dans le pays.

En plus de Rela (qui est réservé aux lesbiennes), on trouve des applications dédiées aux rencontres gay ou encore Blued, un réseau social dédié aux gays. Des géants comme Kunlun (entreprise spécialisée dans le jeu mobile), ont participé à hauteur de 60 % dans une application de dating gay pourtant lancée aux Etats-Unis.

Des militants souhaitant davantage de droits pour les personnes LGBT+ en Chine
© Flickr / InSapphoWeTrust

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Valerianne Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Valerianne
Membre
Valerianne

On s’en fou un peu, ce qui m’inquiète ce sont plutôt les Coptes et tous les Chrétiens en danger dans les pays musulmans