― M.Moira / Shutterstock.com

Huawei se retrouve de nouveau au cœur d’une polémique en raison de sa proximité avec le gouvernement chinois. Des experts en vidéosurveillance indiquent dans un rapport que la firme chinoise aurait travaillé sur un système de reconnaissance faciale permettant d’identifier les populations opprimées ouïghoures.

Huawei au cœur de la polémique

Cette information provient de l’organisme américain indépendant spécialisé dans l’analyse des systèmes de surveillance vidéo à travers le monde, IPVM. D’après ce dernier, Huawei aurait collaboré avec une société chinoise nommée Megvii, qui est spécialisée dans la reconnaissance faciale, en 2018. Cette dernière aurait développé une fonction baptisée « alerte Ouïghour », dont le but est d’alerter la police lorsqu’un Ouïghour est détecté par l’une des millions de caméras de surveillance présentes en Chine.

Pour rappel, les Ouïghours sont un groupe ethnique turc à majorité musulmane sunnite. Le groupe compte environ onze millions d’individus en Chine, la majorité se trouvant dans la province du Xinjiang. Ce peuple a été réprimé par le parti communiste chinois depuis 2012. Une répression qui a pris de l’ampleur au fil des années. En 2018, le parti aurait notamment appréhendé entre 800 000 et 2 millions de Ouïghours.

― Sandra Sanders / Shutterstock.com

Huawei dément ces accusations

Face à ces accusations, Huawei France a annoncé dans un communiqué qu’il n’était pas à l’origine de cette technologie et qu’il a tout simplement fourni des technologies à usage général suivant les normes internationales. En outre, Megvii a de son côté déclaré que son système de reconnaissance faciale ne ciblait pas une population sur des critères ethniques et que ses activités respectaient le bien-être et la sécurité des individus.

« Nous ne développons pas d’algorithmes ou d’applications dans le domaine de la reconnaissance faciale, mais uniquement des technologies à usage général qui se fondent sur les normes internationales en matière d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle. Huawei n’est pas impliqué dans le développement des couches d’application qui définissent la façon dont cette technologie est utilisée. Nos produits et solutions sont en conformité avec les normes de l’industrie et les réglementations concernées », a assuré Huawei.

Suite à ces soupçons, le footballeur français Antoine Griezmann, qui était champion du monde 2018, a annoncé qu’il mettait un terme immédiat à son partenariat avec le géant chinois.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de