La pauvreté aux États-Unis contraint des milliers de personnes à tout tenter pour récolter un peu d’argent. Cela a d’ailleurs poussé des sociétés à créer un business lucratif axé autour de la vente de sang.

JOINDRE LES DEUX BOUTS EN VENDANT SON SANG

À l’heure actuelle, 40% des Américains ne parviennent pas à subvenir à leurs besoins fondamentaux. Pour beaucoup, il est difficile de payer un logement, de régler des frais de santé et même de se nourrir. Afin de pouvoir régler leurs factures ou simplement s’acheter à manger, des milliers de personnes y compris des travailleurs issus de la classe ouvrière se sont mis à vendre leur propre sang.

Plus précisément, ils se font prélever du plasma. Il existe toutefois quelques règles à respecter. Le plasma en question ne peut être prélevée que 2 fois par semaine maximum. Pour cette opération, chaque personne peut récupérer 30 dollars environ, soit 27 euros à peine.

— Olena Yakobchuk / Shutterstock.com

LE PLASMA, UNE SUBSTANCE PRÉCIEUSE

Si le plasma est au centre de toutes les attentions aux États-Unis, c’est car elle cette substance est indispensable pour le traitement de certaines maladies. Sans ce liquide aux nuances dorées, notre corps ne pourrait pas transporter les globules rouges, les globules blancs et les protéines. Il est fréquemment utilisé dans le cadre de transfusions chez les femmes enceintes (dans le cas où celles-ci ont perdu de grandes quantités de sang lors de l’accouchement), mais est également injecté chez des patients atteints de cancers ou d’anémies.

Récolter du plasma est donc très important et vital. Si cela se fait notamment par le système de dons, des entreprises comme Grifols et CSL ont vu dans ce geste normalement généreux le moyen de se faire beaucoup d’argent. À cause du coût de la vie qui peut être très élevé dans certains états, certains Américains sont obligés de donner leur sang pour vivre. Cela peut même représenter le plus gros de leurs revenus comme le démontre cette étude publiée sur le site World Socialist Web Site. Un donneur a déclaré : « Je n’aime pas l’idée de vendre mon plasma sanguin pour de l’argent, mais je dois faire ce que j’ai à faire « 

UN SOMBRE MARCHE EN PLEIN ESSOR

Si ce marché est une solution désespérée pour certains, elle est une véritable mine d’or pour d’autres. Depuis 2005, le nombre de centres de collectes a doublé. Les États-Unis récoltent tellement de sang que le pays en exporte actuellement plus que le maïs. Aujourd’hui, le sang représente 2% des exportations américaines et ce commerce est très lucratif. Entre 2016 et 2017, ces exportations ont rapporté 28,6 milliards de dollars. Un chiffre conséquent notamment lié au fait que les États-Unis sont l’un des rares pays où il est possible de récolter du plasma. De nombreux pays comme la Chine, le Japon ou encore l’Allemagne s’approvisionnent donc afin d’assurer les traitements des patients.

Le plus horrible dans cette affaire est que le prix pour ces dons de plasma n’est pas fixe. Certaines personnes peuvent récolter 50 dollars tandis que d’autres n’en auront que 20. Toutefois, les personnes franchissant les portes des centres de collectes sont parfois si désespérées qu’elles acceptent même les sommes les plus basses.

De plus, une forme de discrimination sévit en matière de prix. Il faut en effet avoir un poids minimum pour donner son sang. Une personne obèse peut donc donner davantage sans qu’il n’y ait de risque ni pour la santé du donneur ni pour l’entreprise. Comme de simples produits, des milliers d’Américains sont ainsi obligés de donner leur sang pour survivre et la situation risque d’empirer dans les prochaines années.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de