La période médiévale est encore une période pleine de mystères et d’inspirations. Depuis toujours, le Moyen Âge fascine. Que ce soit dans la littérature, le cinéma ou même les jeux vidéo, l’inspiration médiévale est présente. Un projet, à l’initiative de la Bibliotheca Philadelphiensis et sous l’autorité de l’université Lehigh, donne donc accès à plus de 160 000 pages numérisées. Et permet ainsi aux spécialistes ou autres, de consulter, d’étudier et de télécharger gratuitement des iconographies et des manuscrits médiévaux.

L’étude d’une époque

457 manuscrits disponibles en ligne. 160 000 pages écrites et illustrées à la main, des œuvres faites de papier d’or, des textes destinés aux étudiants en science, en philosophie ou en théologie. Finalement, tout ceci est entièrement disponible sur ce site. Ces pages numérisées et cataloguées sont le résultat d’un travail de plus de 3 ans entre trois bibliothèques américaines.

De fait, cette numérisation permettra à de nombreux médiévistes d’avoir la possibilité d’étudier des corrélations entre les textes. Alors que des spécialistes doivent travailler avec des photocopies en noir et blanc, il sera maintenant possible de comparer et d’analyser des manuscrits dans les moindres détails. Même les plus microscopiques.

Lehigh University / YouTube

Des pages éparpillées à travers le monde enfin rassemblées

D’après Lois Fischer Black, conservatrice des collections spéciales à Lehigh et chercheuse principale du projet : « Les chercheurs découvrent des liens et des relations entre les manuscrits conservés (…) qui n’étaient pas immédiatement évidents. Ouvrant ainsi de nouvelles perspectives pour l’étude de la provenance, de la pratique de la rédaction et des questions connexes. »

Le projet a aussi permis de potentiellement rassembler 1 800 pages de manuscrits éparpillées à travers le monde. Tout ceci n’aurait pu être possible sans un financement de près de 500 000 dollars.

Vous pouvez suivre l’avancée des découvertes qu’offre cette bibliothèque en ligne sur le blog de la Bibliotheca Philadelphiensis.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de