— © Aung Ko Lin, Fauna & Flora International / Wikimedia Commons

C’est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle : les chercheurs ont découvert une nouvelle espèce de singe au Myanmar. Malheureusement, ce dernier est déjà menacé d’extinction, dans la mesure où peu d’individus ont été découverts dans la nature.

Un petit singe découvert grâce à l’ADN d’un spécimen vieux de 100 ans

Les scientifiques ont identifié une nouvelle espèce de singes au Myanmar (Birmanie) grâce à un échantillon de tissu vieux de 100 ans. Le primate – nommé Popa langur d’après le volcan éteint du mont Popa – a réussi l’exploit de se cacher à la vue de tous dans le centre du Myanmar, a déclaré l’organisation de conservation Fauna & Flora International (FFI) dans un communiqué. C’est d’ailleurs l’organisation et les chercheurs du Centre de primatologie allemand Deutsches Primatenzentrum qui ont découvert l’animal.

Il est intéressant de savoir que le Popa langur s’ajoute à la vingtaine d’espèces de Semnopithecus au monde. La majorité de ces espèces sont en danger d’extinction, et la découverte d’une bonne moitié d’entre elles est assez récente, a rapporté The Guardian. Vivant dans des recoins assez isolés, bon nombre d’entre eux ont pu être identifiés grâce à des analyses génétiques réalisées sur des spécimens conservés au musée. C’est d’ailleurs après avoir analysé l’ADN d’un spécimen au Musée d’histoire naturelle de Londres que le Popa langur a pu être identifié, a annoncé le musée dans un communiqué.  

Dans un article publié dans la revue Zoological Research, l’animal nouvellement découvert est un petit signe qui mesure entre 50 et 60 centimètres pour un poids d’environ huit kilogrammes. Le Popa langur est caractérisé par un dos brun foncé ou gris-brun, avec un abdomen gris ou blanchâtre fortement contrasté et des mains et des pieds noirs. Le singe se distingue également par les cercles blancs autour de ses yeux. Extrêmement agile, le primate se nourrit essentiellement de feuilles. Des études sur le terrain seront encore menées pour en savoir plus sur cette espèce encore peu connue.

Un animal à peine identifié et déjà en danger d’extinction

Si la découverte de cette nouvelle espèce est une excellente nouvelle, elle est toutefois accompagnée d’une triste constatation. Au total, les scientifiques n’ont recensé que quatre populations isolées de l’espèce, rassemblant au total entre 200 et 250 individus. Cela fait du Popa langur une espèce menacée d’extinction. « Je viens de le décrire et le Popa langur est déjà menacé d’extinction », a déclaré Frank Momberg, auteur principal de l’étude et chercheur chez FFI. Les principales menaces qui pèsent sur le petit singe sont notamment la perte d’habitat et la chasse.

Face aux menaces qui pèsent sur l’animal, les scientifiques qui ont participé à l’étude ont noté qu’il était urgent d’assurer la sauvegarde de l’espèce. « Il est absolument essentiel de protéger la population restante et de s’engager avec les communautés locales ainsi que les parties prenantes du secteur privé pour sauvegarder son avenir », a déclaré Frank Momberg à BBC News. L’étude a notamment exhorté les agences internationales – comme l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et la Convention sur le commerce international des espèces menacées d’extinction (CITES) – à ajouter le Popa langur à leurs listes d’espèces menacées, a rapporté CNN.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de