La NASA participe actuellement à un exercice dont le scénario est digne d’un film d’action ! L’agence spatiale et plusieurs organismes nationaux et internationaux simulent une attaque imminente d’astéroïdes. A travers ce scénario hypothétique, ils espèrent apprendre les meilleures stratégies pour réagir à une frappe potentielle. Cet exercice sur table se déroule dans le cadre de la Conférence sur la défense planétaire de l’Académie internationale d’astronautique.

LA NASA SIMULE UNE COLLISION AVEC UN ASTÉROÏDE

Cette semaine marque le début de la Conférence sur la défense planétaire de l’Académie internationale d’astronautique. A cette occasion, le Bureau de coordination de la défense planétaire de la NASA participe à un exercice sur table avec d’autres partenaires. Notamment la FEMA (Federal Emergency Management Agency, ou agence fédérale des situations d’urgence).

Les agences vont gérer la découverte d’un astéroïde fictif sur une trajectoire de collision avec la Terre. Alors, l’objectif de ce scénario hypothétique est d’élaborer les meilleures stratégies pour réagir à une frappe potentielle. Et ce, dès lors qu’un astéroïde potentiellement dangereux serait détecté par les astronomes.

De plus, les services d’urgence doivent être préparés à cette éventualité. C’est ce que souligne Leviticus Lewis de la Division des opérations d’intervention de la FEMA. « Ce que les gestionnaires d’urgence veulent savoir, c’est quand, où et comment un astéroïde pourrait s’écraser. Ainsi que le type et l’étendue des dommages qui pourraient survenir ».

UN SCÉNARIO CATASTROPHE FICTIF

Ainsi, les agences ont développé un scénario fictif sur lequel elles vont travailler pendant la conférence. Et dans celui-ci, des astronomes découvrent un astéroïde dans le ciel nocturne. Ils le nomment 2019 PDC. Au départ, l’orbite excentrique de l’astéroïde le place à environ 18 fois la distance de la Lune par rapport à la Terre.

A ce stade, il a une chance sur 50 000 d’atteindre la Terre en 2027. Toutefois, les astronomes continuent de suivre l’objet à mesure qu’il se rapproche. Ils apprennent ensuite qu’il peut mesurer entre 100 et 300 mètres de large. Et malheureusement, après un mois de suivi, la probabilité de collision avec la Terre est de 1 chance sur 100.

La probabilité de 1 % correspond au seuil à partir duquel les organisations internationales doivent prendre des mesures. Alors, les astronomes déterminent le « couloir de risque », où l’astéroïde pourrait frapper. Ainsi, l’astéroïde fictif pourrait s’écraser aux États-Unis, en Afrique de l’Ouest, dans l’océan Atlantique ou alors dans l’océan Pacifique.

Le « couloir de risque » de collision de l’astéroïde fictif PDL 2019

SUIVRE L’EXERCICE DE LA NASA SUR TWITTER

Si l’exercice est fictif, il s’agit toutefois des calculs que les astronomes sont tenus de réaliser dès lors qu’un astéroïde s’approche de la Terre. Dans cette simulation, l’astéroïde PDC 2019 est décrit comme « potentiellement dangereux », avec un impact catastrophique s’il frappait réellement la planète.

Récemment, les scientifiques ont effectué une simulation similaire en surveillant un astéroïde voisin inoffensif, comme s’il s’agissait d’une menace réelle. Toutefois, cette nouvelle simulation, en collaboration avec la FEMA, se concentrera plus sur la réponse gouvernementale que sur les questions scientifiques.

Cet exercice sur table est la sixième simulation d’impact à laquelle participe la NASA. Ces exercices aident les responsables de l’agence spatiale à réfléchir aux actions à mener en cas de menace. Mais ils permettent également de déterminer les informations les plus importantes à communiquer à la FEMA et aux autres agences.

Il est possible de suivre cette simulation via le compte Twitter @esaoperations, géré par l’ESA (European Space Agency, ou agence spatiale européenne). Cette dernière partagera les mises à jour en temps réel de l’exercice.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de