Après 500 ans de silence, ces partitions gravées sur des couteaux sont jouées pour la première fois

Parmi les nombreuses armes et divers accessoires qui nous sont parvenus de la Renaissance, ces couteaux sortent du lot. Ces magnifiques ustensiles vieux de plus de 500 ans, sont gravés de partitions de musiques et de prières. Et si les spécialistes n’en ont toujours pas percé tous les mystères, il est désormais possible d’écouter les chants qui ornent ces couteaux.

 

QUAND LA GUERRE DEVIENT UN ART

Au Moyen Âge et à la Renaissance, il n’était pas rare de voir les mondes de l’art et de la guerre se rapprocher et s’entremêler. Epées, boucliers, armures, etc., nombreuses sont les pièces de ces époques qui ont bénéficié de soins et d’ornements tout particuliers, faisant d’elles de véritables pièces d’orfèvreries. Il arrive aussi que certains de ces instruments se retrouvent avec des fonctions bien moins belliqueuses que leur conception originelle.

Les armes et armures de la Renaissance sont de véritables pièces d’art

DES COUTEAUX ASSEZ INSOLITES 

Le Fitzwilliam Museum de Cambridge abrite une impressionnante collection d’armes et d’armures. Parmi les trésors de sa collection, on retrouve de surprenants couteaux datés du XVIe siècle. Ces accessoires assez impressionnants n’étaient pourtant pas faits pour le champ de bataille mais pour servir à table. Ce qui rend ces couteaux si particuliers, ce sont les partitions de musiques gravées sur leurs lames. Ces instruments servaient à réunir toute une table ensemble autour de chants religieux. De quoi chanter quelques prières tout en coupant l’agneau ou le boeuf. « Un parfait équilibre entre les fonctions décoratives et utilitaires » comme le souligne Maya Corry du Fitzwilliam Museum.

Les historiens pensent que ces couteaux gravés datant du début des années 1500 servaient pour les banquets. Pour Eliza Grace du blog WQXR « l’acier pointu et large aurait été idéal pour couper et servir de la viande ». Mais pour Kisten Kalber du Victoria and Albert Musuem (qui héberge aussi des modèles de couteaux annotés de la sorte), « les convives de grandes fêtes ne coupaient pas leur propre viande ». Il serait donc peu probable de les voir chanter des partitions inscrites sur des couteaux ensanglantés tenus par leurs servants en plein service.

ÉCOUTEZ LA MUSIQUE INSCRITE SUR CES LAMES

Ces étranges couteaux ont encore leur lot de mystères, comme de nombreux rituels de l’art de la table de la Renaissance. Kristin Kennedy admet que « nous ne sommes pas entièrement surs » de l’usage de ces splendides accessoires. Ce que nous savons, c’est que chaque couteau possède sa propre partition de musique et qu’un set de ces accessoires contient différentes harmonies de façon à transformer une pièce pleine d’invités en une véritable chorale. Il y a un autre mystère de ces couteaux qui vient d’être résolu : nous savons enfin ce que rendaient les chants inscrits sur ces accessoires.

Les spécialistes avaient déjà lu les partitions de ces couteaux mais n’avaient jamais pu les entendre. C’est désormais chose faite grâce à une chorale du Royal College of Music qui a interprété les musiques à partir des inscriptions gravées. Avec ces enregistrements, vous allez pouvoir profiter de magnifiques chants emplis de grâce. Une chance unique de plonger dans le quotidien des diners de la Renaissance. Découvrez dès à présent ces sublimes musiques vieilles de plus de 500 ans.

Les partitions de ces couteaux nous permettent de découvrir des chants vieux de 500 mots.

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux