— Annette Shaff / Shutterstock.com

Au moins 5 000 animaux de compagnie qui avaient été placés dans des boites en carton ont été retrouvés morts dans un entrepôt de Chine centrale. Une scène comparée à un « véritable enfer » par les membres d’une association locale de protection des animaux.

« Le site était rempli de colis express à l’intérieur desquels des milliers d’animaux étaient déjà morts »

Des milliers de chiens, chats, lapins et cochons d’Inde gisant dans des cartons et probablement morts « d’asphyxie, de déshydratation et de faim ». C’est le triste spectacle auquel a assisté l’association de défense des animaux Utopia en Chine. Selon ses membres, seuls 200 des animaux découverts sur ce site logistique de la ville de Luohe, dans la province du Henan, ont pu être sauvés. Ces derniers ayant été placés dans des familles, ou envoyés dans des cliniques vétérinaires pour y être soignés.

D’après le quotidien chinois Global Times, les animaux provenaient d’une ferme d’élevage située dans la province de l’Anhui, dans l’est du pays. L’expédition d’animaux vivants dans des colis ordinaires étant illégale en Chine, Utopia pense qu’ils pourraient avoir été placés dans cet entrepôt après que le personnel de la société de transport maritime Yunda a refusé d’assurer leur transit.

Les animaux se trouvaient dans des cages placées à l’intérieur de boîtes de carton percées de quelques trous pour leur permettre de respirer. Les premiers rapports estimant que ceux-ci auraient passé environ une semaine sans eau ni nourriture avant d’être découverts par les autorités locales. « Le site était rempli de colis express à l’intérieur desquels des milliers d’animaux étaient déjà morts, et il flottait une terrible odeur de corps en décomposition », a notamment expliqué Sister Hua, fondatrice d’Utopia. « C’était un véritable enfer. »

Dans un communiqué, la société Yunda a nié avoir eu connaissance de l’incident, mais plusieurs de ses employés ont confirmé qu’elle autorisait le transport d’animaux vivants dans des boites percées de trous.

Un véritable problème en Chine

Suite à ce premier incident, l’association Utopia a réalisé une opération de sauvetage similaire dans le village voisin de Dameng, où seule la moitié des quelque 2 000 animaux ont pu être sauvés. Pour Hua, ces deux évènements ont une nouvelle fois mis en évidence le problème du bien-être animal ainsi qu’un risque pour la santé publique, et démontrent la nécessité de procéder à des contrôles plus stricts afin de s’assurer que les réglementations relatives au transport des animaux soient respectées.

« Au vu de la pandémie de Covid-19 à laquelle nous faisons face, il est terrifiant de voir que ces animaux sont transportés de cette façon et qu’ils finissent même par mourir », a poursuivi Hua, appelant le public à « opter pour l’adoption plutôt que pour l’achat et le transport illégaux d’animaux ».

« Une mauvaise communication avec la société de transport et une contradiction sur le respect des réglementations de transport ont directement conduit à cette tragédie, mais les acheteurs et les vendeurs en sont également responsables », a conclu la fondatrice d’Utopia.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
marie lamperiere Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
marie lamperiere
Invité
marie lamperiere

mais c est pas vrai encore eux mais quelle pourriture ces gens je ne peux supporter leurs agissements en tout genre