— Shanti Hesse / Shutterstock.com

Nous avons tendance à nous tourner vers les pizzas, les beignets, les hamburgers et toute sorte de malbouffe après les nuits blanches. Selon une nouvelle étude de la Northwestern Medicine, ce choix alimentaire serait occasionné par le manque de sommeil. Et d’après l’analyse des scientifiques, notre système olfactif serait au cœur du problème.

Que se passe-t-il lorsque l’on manque de sommeil ?

Les scientifiques ont expliqué qu’une zone de traitement des odeurs appelée « cortex piliforme » est plus active lorsque le sommeil est écourté. Celle-ci est connectée à l’insula ou cortex insulaire, une zone généralement associée aux fonctions limbiques, qui intervient dans le dégoût, la dépendance ou encore la conscience. Cependant, la connexion avec cette zone est perturbée lorsque l’on manque de sommeil, ce qui affecte nos choix alimentaires.

En outre, des recherches antérieures ont démontré que le manque de sommeil augmentait les endocannabinoïdes, des produits naturels de l’organisme qui stimulent l’appétit et augmentent la faim. « Nous avons mis tout cela ensemble et avons demandé si les changements dans l’apport alimentaire après la privation de sommeil étaient liés à la façon dont le cerveau réagissait aux odeurs d’aliments et si cela était dû aux changements d’endocannabinoïdes », a expliqué Thorsten Kahnt, auteur principal de l’étude et professeur adjoint de neurologie à la Feinberg School of Medicine de la Northwestern University.

Un problème provenant du nez

Pour leur étude, les scientifiques de la Northwestern Medicine ont donc fait appel à 29 hommes et femmes en bonne santé et âgés de 18 à 40 ans. Ceux-ci ont été divisés en deux groupes. D’un côté, le premier groupe devait d’abord passer une nuit de sommeil normale avant de dormir pendant seulement quatre heures par nuit. Et de l’autre, le second groupe devait faire de même, mais dans une chronologie inversée.

Résultats : les choix alimentaires des participants variaient en fonction de la durée de leur sommeil. Kahnt a expliqué qu’ils mangeaient des aliments avec une plus importante valeur calorique, tels que des beignets et des cookies aux pépites de chocolat, après avoir été privés de sommeil. En outre, ils ont pu déterminer que les modifications des niveaux de 2-oléoylglycérol sont également liées aux modifications de connexion entre le cortex piliforme et le cortex insulaire après les analyses sanguines des deux groupes.

Reste donc à savoir comment éviter de consommer la malbouffe lorsqu’on manque de sommeil. Les scientifiques ont trois conseils pour nous : dormir davantage, porter une plus grande attention à la perception des aliments par notre système olfactif et faire un détour pour éviter les fast-foods.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de