— Iaremenko Sergii / Shutterstock.com

Un sexagénaire australien atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA) a rédigé et posté une série de tweets en utilisant uniquement la pensée, grâce à une interface cerveau-ordinateur développée par la société Synchron.

« Je pense simplement à la partie de l’écran sur laquelle je souhaite cliquer »

Le dispositif Stentrode avait initialement été implanté dans le cerveau de Philip O’Keefe en avril 2020, après que son état de santé s’était détérioré au point de le rendre incapable de réaliser certaines tâches et activités courantes. Inséré via la veine jugulaire afin d’éviter une chirurgie cérébrale invasive, celui-ci lui avait permis de reprendre contact avec ses proches et ses collègues par courrier électronique, et même de jouer à certains jeux simples, comme le Solitaire.

Fin décembre, l’homme âgé de 62 ans a franchi une nouvelle étape en publiant le premier tweet uniquement rédigé par la pensée, suivi de 7 autres messages répondant aux questions des utilisateurs du réseau social, via le compte de Thomas Oxley, PDG de Synchron.

Bonjour tout le monde ! Un court tweet. Un avancée monumentale.

« Utiliser ce système étonnant s’apparente au fait d’apprendre à faire du vélo. Il faut un peu de pratique, mais une fois que vous roulez, cela devient naturel », a estimé O’Keefe. « Je pense simplement à la partie de l’écran sur laquelle je souhaite cliquer, et je peux envoyer des courriels, réaliser des opérations bancaires, faire des achats et maintenant communiquer avec le monde entier via Twitter. »

Une étape importante

Selon Synchron, une fois l’implantation du dispositif réalisée, une poignée d’heures seulement sont nécessaires au sujet pour maîtriser les bases de son fonctionnement et commencer à saisir du texte sur un ordinateur.

« La publication de ces tweets constitue une étape importante dans le domaine des interfaces cerveau-ordinateur implantables », a estimé Oxley dans un communiqué. « Ils mettent en évidence la connexion, l’espoir et la liberté qu’elles donnent à des personnes comme Phil, qui ont perdu une grande partie de leur indépendance fonctionnelle à cause d’une paralysie débilitante. »

Les premiers essais cliniques impliquant l’interface cerveau-ordinateur de Synchron devraient débuter l’année prochaine aux États-Unis.

1
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Mensch Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Mensch
Invité
Mensch

Si ces progrès ne sont pas rapidement encadrés par la loi quant aux champs d’application, les utilisations potentielles font froid dans dos : on est au tout premier stade d’un « robot cop » par exemple.