— Gorodenkoff / Shutterstock.com

La datation d’ossements humains découverts dans l’ouest de la Russie a mis en évidence l’occupation prolongée d’un site de la région durant une période marquée par un refroidissement rapide et drastique du climat.

Un mini-âge glaciaire

Il y a environ 8 200 ans, une grande quantité d’eau de fonte provenant d’une calotte glaciaire aujourd’hui disparue s’est déversée dans l’Atlantique Nord, provoquant une mini-période glaciaire qui allait durer environ deux siècles. La vie végétale a commencé à changer dans de vastes étendues du nord de l’Europe, avec des feuillus supplantés par des pins plus résistants et adaptés aux températures glaciales, et les animaux comme les humains ont également dû faire face à ces changements soudains et radicaux.

Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Nature Ecology & Environment, des archéologues de l’université d’Oxford se sont penchés sur cette période obscure de l’Holocène précoce afin de voir comment une petite communauté vivant sur une île du lac Onega, à 350 kilomètres au nord-est de Saint-Pétersbourg, s’était adaptée.

La datation au radiocarbone des ossements mis au jour dans l’ancien cimetière de Yuzhniy Oleniy Ostrov a montré qu’il avait été principalement utilisé pendant une période d’environ 200 ans, soit 10 générations, coïncidant avec ce mini-âge glaciaire.

Le cimetière de Yuzhniy Oleniy Ostrov est situé à environ 800 kilomètres de Moscou — © Pavel Tarasov

Selon l’équipe, une telle découverte suggère que le lac Onega aurait constitué un paradis relatif au début de cette période de profonds bouleversements. Avec son propre microclimat et ses réserves luxuriantes de poissons et de plantes, il aurait attiré le gros gibier, comme l’élan, ainsi que les humains en quête de nourriture.

Une société plus complexe et unie

Bien que cela fasse beaucoup de monde dans une petite zone, recette bien connue pour un désastre, les humains sont des êtres résilients, et les chercheurs pensent que les communautés du lac Onega ont réagi en construisant une société plus complexe et plus unie. Leur cimetière, lieu de repos final de leurs proches, constituant une autre preuve d’appartenance et d’organisation sociales.

« Quelque 200 ans plus tard, lorsque le climat est redevenu plus clément, le cimetière a été abandonné », expliquent les auteurs de l’étude. « La complexité que nous observons à Yuzhniy Oleniy Ostrov était donc situationnelle et réversible. »

Ce groupe restreint de personnes s’est-il par la suite dispersé en groupes plus petits et nomades ? Nous ne le saurons probablement jamais, mais l’archéologie offre une vision passionnante d’une ancienne communauté en mutation, à la merci d’un climat changeant.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments