grenouille
Image d’illustration — © Rony P.S. Almeida / Wikimedia Commons

Les insectes sont souvent considérés comme les principaux pollinisateurs des plantes à fleurs. Mais il existe d’autres animaux qui peuvent jouer ce rôle, comme une espèce de rainette qui vit dans les environs de Rio de Janeiro. Cette rainette, appelée Xenohyla truncata ou rainette brésilienne d’Izecksohn, se nourrit du nectar des fleurs et transporte le pollen sur son dos. C’est ce qu’ont découvert des chercheurs brésiliens dans une étude publiée dans la revue Food Webs.

Une observation surprenante

L’équipe de recherche, dirigée par Henrique Nogueira de l’université fédérale du Mato Grosso do Sul, a observé le comportement de cette rainette lors d’une expédition d’exploration dans la ville d’Armação dos Búzios. Ils ont remarqué que la grenouille se déplaçait parmi les fleurs d’un arbre fruitier à lait, appelé Cordia taguahyensis, et qu’elle aspirait le nectar avec sa bouche. Lorsqu’elle était dérangée, elle mettait la fleur entière dans sa bouche et ressortait avec du pollen collé sur son dos.

Les chercheurs ont alors émis l’hypothèse que cette rainette contribuait à la pollinisation de l’arbre en transférant le pollen d’une fleur à l’autre. Ils ont confirmé cette hypothèse en analysant le pollen présent sur le dos de la grenouille et en constatant qu’il correspondait à celui des fleurs de Cordia taguahyensis.

Un cas unique chez les amphibiens

Selon les auteurs de l’étude, il s’agit du premier cas documenté de pollinisation par un amphibien. Jusqu’à présent, on ne connaissait que des exemples de pollinisation par des insectes, des oiseaux, des chauves-souris, des rongeurs ou des lézards. Mais jamais par des grenouilles ou des crapauds.

La rainette brésilienne d’Izecksohn présente plusieurs caractéristiques qui lui permettent de jouer ce rôle. Tout d’abord, elle a une peau lisse et humide qui facilite l’adhésion du pollen. Ensuite, elle sécrète une substance collante sur son dos qui empêche le pollen de tomber. Enfin, elle a une préférence alimentaire pour le nectar des fleurs, qu’elle consomme pendant 5 à 15 minutes par fleur.

Une découverte importante pour la conservation

Les chercheurs soulignent que cette découverte a des implications importantes pour la conservation de la biodiversité. En effet, la rainette brésilienne d’Izecksohn est une espèce menacée par la destruction de son habitat et le changement climatique. Elle est également victime du commerce illégal d’animaux exotiques.

Or, cette espèce joue un rôle écologique essentiel pour la reproduction de l’arbre Cordia taguahyensis, qui est lui-même une plante endémique du Brésil et qui fournit des fruits et du bois aux populations locales. La pollinisation par la rainette pourrait donc être un facteur clé pour le maintien de cet écosystème.

Les auteurs de l’étude appellent donc à protéger cette espèce et à poursuivre les recherches sur son comportement et son interaction avec les plantes. Ils suggèrent également d’explorer la possibilité que d’autres amphibiens puissent être impliqués dans la pollinisation dans d’autres régions du monde.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments