― canadastock / Shutterstock.com

Aujourd’hui en Allemagne, le 3 octobre célèbre le jour de l’Unité allemande depuis 1990. Toutefois, la date de la fête nationale a beaucoup changé au cours du très mouvementé XXe siècle, et cette date a changé moult fois en même temps que les régimes politiques. Quelles étaient les fêtes nationales avant 1990, et que signifie ce fameux jour de l’Unité allemande ? On vous explique tout.

Vous le savez très certainement, le XXe siècle a été quelque peu mouvementé pour l’Allemagne, qui a connu plus de 5 régimes politiques différents. Et naturellement, chaque changement de régime a amené des modifications réelles et symboliques. Parmi ces modifications symboliques, l’une des plus importantes était très certainement la date de la fête nationale, qui prend un tout autre sens selon le régime politique auquel elle obéit.

Dans les premières années du XXe siècle, l’Allemagne est un tout jeune royaume, unifié le 18 janvier 1871 dans la galerie des Glaces du château de Versailles, une manière d’humilier les Français après leur défaite lors de la guerre de 1870. Dans les premières années du royaume, beaucoup d’Allemands militent pour que ce 18 janvier devienne jour de fête nationale. Mais l’empereur s’y refuse : en effet, cette date commémore déjà le couronnement du premier roi de Prusse en 1701, et l’empereur ne supporte pas l’idée que ce jour important pour la Prusse soit éclipsé par une date commune à toute l’Allemagne. C’est donc Sedantag, « jour de Sedan », qui commémore le 2 septembre l’entrée des troupes allemandes à Sedan, en France, en 1870, et la capture de l’empereur Napoléon III, qui tient lieu de fête nationale, sans toutefois être officielle car elle n’a pas le faste d’autres journées, comme l’anniversaire de l’empereur par exemple.

Après la Première Guerre mondiale, l’Allemagne vit sa révolution, et l’empereur est contraint d’abdiquer. Il est remplacé par la république de Weimar, dont la fête nationale est fixée au 11 août, car c’est ce jour que Friedrich Ebert, le premier président, a signé la nouvelle Constitution. Comme on le sait, cette fragile démocratie ne tiendra pas longtemps, puisqu’en 1933, Hitler est nommé chancelier. C’est le début du IIIe Reich. La première volonté d’Hitler était d’anéantir toute contestation, notamment venant des partis de gauche. C’est pourquoi il s’approprie le 1er mai, fête du Travail, et la transforme en fête national du peuple allemand, événements de propagande liés à l’écrasement des syndicats.

Après 1945, l’Allemagne est divisée en 2 États, qui ont naturellement chacun leur propre fête nationale. En République démocratique allemande (RDA), on célèbre le 7 octobre 1949, jour de la création de la République socialiste. En République fédérale d’Allemagne (RFA), on commémore le 17 juin 1953, jour où des Allemands de l’Est se sont révoltés contre le pouvoir en place, et victimes d’une répression qui a causé environ 50 morts. Jusqu’en 1990, le 17 juin symbolise également, à l’Ouest, le jour de l’Unité allemande espérée.

Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombe. Toutefois, cette date ne sera pas retenue comme fête nationale, car elle coïncide avec le 9 novembre 1938, aussi appelée nuit de Cristal, qui est le premier réel pogrom contre les juifs. C’est donc le 3 octobre 1990, jour officiel de la réunification de l’Allemagne, qui est retenu comme le jour de l’Unité allemande. Cette date, neutre, ne soulève guère l’enthousiasme des Allemands, qui d’ailleurs ne célèbrent pas cette date en grande pompe. En 2004, le chancelier de l’époque propose de la déplacer au 1er dimanche d’octobre, afin qu’elle ne soit pas fériée. Proposition refusée par le président. C’est donc désormais le 3 octobre qui est jour de fête nationale en Allemagne, après moult changements dus aux péripéties du XXe siècle. L’Histoire nous dira si cette date va de nouveau être amenée à changer.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de