feministe
— Pixel-Shot / Shutterstock.com

Dans un monde souvent obscurci par des idées fausses, c’est un stéréotype largement répandu que les féministes détestent les hommes. Même s’il est vrai que certaines féministes détestent les hommes, cela est loin d’être d’une vérité universelle, et une nouvelle étude en apporte les preuves.

Un stéréotype de longue date sur le féminisme

Le féminisme est un mouvement qui prône l’égalité des sexes dans tous les aspects de la vie. Il s’agit d’une idéologie diversifiée et inclusive qui cherche à démanteler les structures sociétales qui perpétuent la discrimination, l’oppression et les inégalités fondées sur le sexe. Loin d’être une quête exclusive aux femmes, le féminisme reconnaît que parvenir à une véritable égalité nécessite l’autonomisation de tous les sexes. Il remet en question les rôles et les normes de genre traditionnels, dans le but de créer un monde dans lequel les individus ne sont pas confinés ou limités par des stéréotypes fondés sur leur identité de genre.

Si le féminisme est ainsi censé être une idéologie noble et juste, il est parsemé de nombreuses idées fausses et stéréotypes. Parmi les stéréotypes les plus persistants au sujet du féminisme, il y a l’idée selon laquelle les féministes détestent les hommes. Dans une nouvelle étude, les chercheurs de l’université de Surrey, au Royaume-Uni, ont démystifié cette idée erronée. En effet, selon les résultats de l’étude publiée dans la revue Psychology of Women Quarterly, celles qui soutiennent les droits des femmes et l’égalité des sexes n’ont pas forcément une vision plus négative des hommes.

— Birdog Vasile-Radu / Shutterstock.com

Féministes ou non féministes, les femmes ne sont pas misandres

Dans le cadre de leur étude, les chercheurs ont mené l’enquête auprès de 10 000 personnes originaires de 9 pays différents, à savoir l’Italie, la Pologne, les États-Unis, le Royaume-Uni, la Chine, l’Inde, le Japon, la Corée du Sud et Taïwan. Parmi les participants figuraient des hommes et des femmes qui s’identifiaient ou non comme étant des féministes. L’étude a examiné les opinions inconscientes des participants sur les hommes, ainsi que celles qui ont été explicitement rapportées.

Pour ce faire, les chercheurs ont évalué avec quelle rapidité et quelle précision les participants pouvaient associer des mots masculins comme « monsieur » et « Kevin » à des mots positifs et négatifs comme « merveilleux » et « terrible ». Si les gens étaient plus rapides à catégoriser les mots masculins avec des mots positifs, cela indiquait des attitudes plus positives. Les résultats ont révélé que les féministes ont tendance à avoir des attitudes positives envers les hommes d’une manière comparable à celles des non-féministes. Il a également été constaté que les féministes ne haïssaient pas plus les hommes que les hommes eux-mêmes.

En réalisant des analyses approfondies, les chercheurs ont constaté qu’aucune différence notable dans ce comportement n’a été observée au niveau régional. Malheureusement, l’étude a montré que les féministes sont stéréotypées à tort comme ayant des attitudes négatives envers les hommes, tant en termes absolus que par rapport aux attitudes des non-féministes. Même les féministes elles-mêmes, lorsqu’on leur a demandé d’évaluer ce qu’elles ressentaient à l’égard des hommes, se sont trompées et ont sous-estimé à quel point les féministes ont une attitude positive à l’égard des hommes.

S’abonner
Notifier de
guest

2 Commentaires
Le plus populaire
plus récent plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments
ozarmes
ozarmes
2 mois

L’égalité totale des hommes avec les femmes : on est encore loin d’y être, ne serait-ce que l’espérance de vie…….

Guillot
Guillot
2 mois

Une bonne occasion de lire « Misogynie, misandrie, il y a deux sexismes » de Patrick Guillot, Editions de Varly.