Vue d’artiste de Ceratosuchops inferodios (à gauche) et de Riparovenator milnerae (à droite) — © Anthony Hutchings

De récentes analyses d’os fossilisés découverts sur un site fossilifère de l’île de Wight, au large de la côté sud de l’Angleterre, ont conduit à l’identification de deux espèces de dinosaures carnivores jusqu’alors inconnues de la science.

Des créatures imposantes

Dans le cadre de travaux présentés dans la revue Scientific Reports, des chercheurs de l’université de Southampton ont réexaminé une cinquantaine d’ossements ayant été découverts sur une petite plage située à proximité du village de Brighstone, dans des roches datant du Crétacé précoce. Ayant vécu il y a 125 millions d’années environ, les deux dinosaures nouvellement identifiés étaient des spinosauridés, théropodes prédateurs apparentés au massif Spinosaurus.

Bien que les squelettes soient incomplets, les chercheurs estiment que ces créatures au crâne massif mesuraient environ neuf mètres de long.

« Leurs crânes différaient de ceux du Baryonyx [seul spécimen de spinosauridé connu jusqu’à présent en Grande-Bretagne], ce qui confirme que le Royaume-Uni abritait une plus grande diversité de spinosauridés », explique Chris Barker, auteur principal de l’étude. « Nous savions depuis une vingtaine d’années que des dinosaures semblables au Baryonyx attendaient d’être découverts sur l’île de Wight, mais trouver les restes de deux de ces animaux étroitement liés a été une énorme surprise », ajoute Darren Naish, ayant également participé aux travaux.

Museau de Ceratosuchops inferodios — © Chris Barker

À cette époque lointaine, l’île britannique était une vaste plaine inondable au climat méditerranéen, abritant des forêts tempérées et des cours d’eau où évoluaient de nombreux poissons, requins et crocodiles préhistoriques. Les auteurs de l’étude pensent que les deux créatures auraient vécu à proximité des rivières et des estuaires, chassant à la fois dans l’eau et sur la terre ferme.

Le héron de l’enfer et le chasseur des berges

Se traduisant de manière évocatrice, par « héron de l’enfer à cornes et à tête de crocodile », Ceratosuchops inferodios possédait un museau allongé et des dents cylindriques. Ce qui suggère qu’il chassait peut-être comme un héron moderne, se tenant immobile dans l’eau et y plongeant occasionnellement ses mâchoires afin de saisir des proies.

Baptisée Riparovenator milnerae, ou « chasseur des berges de Milner », en mémoire de la regrettée paléontologue britannique qui avait étudié et nommé le Baryonyx, la seconde espèce aurait pu adopter une technique de chasse semblable à celle des crocodiles, ou utiliser ses puissantes pattes griffues pour saisir les poissons, comme le font les ours.

Silhouettes montrant l’emplacement des os découverts chez Ceratosuchops inferodios (au premier plan) et Riparovenator milnerae (barre d’échelle = 1 mètre) — © Barker et al. 2021 / Dan Folkes

« Cela peut sembler étrange d’avoir deux carnivores similaires et étroitement liés au sein d’un même milieu, mais cela était en fait très commun chez les dinosaures et dans de nombreux écosystèmes vivants », explique David Hone, également co-auteur de l’étude. Selon le chercheur, les découvertes réalisées suggèrent que les spinosauridés auraient d’abord évolué en Europe, avant de se disperser en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de