— Mary Rice / Shutterstock.com

Surnommé le « patient de Berlin » et connu pour avoir été la première personne à être déclarée guérie du VIH, Timothy Ray Brown est décédé en début de semaine des suites d’un cancer.

« Je suis la preuve vivante qu’il pourrait y avoir un remède contre le sida »

Entré dans l’histoire de la médecine en devenant le premier patient déclaré guéri du VIH, Brown était devenu un symbole d’espoir pour les dizaines de millions de personnes vivant avec le virus à l’origine du sida. Souffrant depuis plusieurs mois d’une récidive de sa leucémie, celui-ci s’est éteint ce mardi à son domicile de Palm Springs, en Californie, a annoncé l’International AIDS Society (IAS) dans un communiqué.

« Au nom de tous ses membres, l’IAS présente ses condoléances au partenaire de Timothy, Tim, ainsi qu’à sa famille et à ses amis », a déclaré Adeeba Kamarulzaman, présidente de l’IAS. « Nous devons à Timothy et à son médecin, Gero Hutter, beaucoup de gratitude pour avoir ouvert la voie aux scientifiques afin qu’ils explorent le concept selon lequel la guérison du VIH était possible. »

Brown avait appris qu’il était porteur du VIH en 1995, alors qu’il étudiait à Berlin. Dix ans plus tard, une leucémie, cancer qui affecte le sang et la moelle osseuse, lui était diagnostiquée. Afin de la traiter, Hutter avait eu recours à une greffe de cellules souches provenant d’un donneur présentant une mutation génétique rare lui conférant une résistance naturelle au VIH, en espérant que cela puisse éliminer ces deux maladies.

Après deux procédures douloureuses et dangereuses, celui-ci était déclaré guéri de ces deux maladies en 2008 et surnommé « le patient de Berlin », afin de préserver son anonymat. Deux ans plus tard, il décidait de rompre le silence, devenant une personnalité publique donnant des discours et des interviews et créant sa propre fondation. « Je suis la preuve vivante qu’il pourrait y avoir un remède contre le sida », avait-il notamment déclaré à l’AFP en 2012.

D’autres cas de rémission du VIH

Il a ensuite fallu attendre dix ans avant qu’un second patient séropositif ne soit déclaré en rémission, 19 mois après avoir subi une procédure similaire. Surnommé « le patient de Londres », Adam Castillejo n’est actuellement plus porteur du VIH. En août dernier, une femme californienne a quant à elle été décrite comme le premier cas de guérison du VIH sans prise de traitement antirétroviral ou de greffe risquée de la moelle osseuse.

Saluant la mémoire de Timothy Brown, l’IAS a déclaré espérer « honorer son héritage avec une approche sûre, abordable et largement accessible pour obtenir une rémission du VIH ainsi que des remèdes en utilisant l’édition génétique ou des techniques renforçant le contrôle immunitaire ».

— Alexxndr / Shutterstock.com

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de