Dans ce lycée, les cours traditionnels sont remplacés par des jeux de rôles… et ça marche !

Au Nord du Danemark, un établissement scolaire a de quoi faire parler de lui. Les élèves ne profitent pas d’un apprentissage traditionnel, mais apprennent les cours traditionnels lors d’un jeu de rôle. De la physique, à l’anglais, jusqu’aux mathématiques, tout est réalisé sous forme de jeu.

 

Des jeux de rôle pour apprendre

C’est en tout 86 élèves âgés de 14 à 17 ans qui bénéficient de ce système d’apprentissage peu commun. Chaque jour, au lycée d’Østerskov, dans la ville d’Hobro, les élèves se réveillent prêts à jouer toute la journée, et à enfiler le rôle d’un personnage.

Tous les jeux de rôles sont changés chaque semaine. L’équipe de professeur est divisée en deux. Pendant que l’une met en application son jeu une semaine, l’autre prépare le jeu pour la semaine suivante. Si à l’ouverture, en 2006, les parents se montraient réticents vis-à-vis de cet apprentissage peu commun, le jeu de rôle a pourtant fait ses preuves.

Tous les élèves ont un rôle. Par exemple Jeanne, une jeune élève allemande est commissaire de New York, vétérante de guerre en Afghanisatan, elle vient de quitter son petit ami comme l’explique We demain, s’étant rendu sur place. Dans un cours de physique, les élèves sont sur la piste d’une enquête criminelle, à savoir quel est le produit qui a fait disparaître le corps de la victime.

Attiser la curiosité pour étudier, ça fonctionne ?

Au lycée Østerskov, “le raisonnement intéresse autant que la solution” explique We Demain. Les cours ne sont pas classiques, certains professeurs autorisent même les smartphones et ordinateurs pour rechercher des informations.

Élèves et enseignants semblent autant satisfaits les uns que les autres de ce mode d’enseignement. « Il n’y a pas de pression, personne ne se juge. Moi qui me sens souvent différente des autres adolescents, j’ai trouvé ici une école plus libre.”, affirme un élève à We Demain.

Les jeux de rôle n’enlèvent en rien le caractère sérieux de l’école. Le lycée se voit imposer des connaissances données par le programme ministériel. À la fin de leurs cursus, les élèves passent le même examen, qu’un élève danois “classique” à la sortie du lycée.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux